Blason Dauphiné Bibliothèque Dauphinoise Armoiries Hautes-Alpes
Accueil Retour à la liste des Ouvrages Liste des Personnes Contact

J. J. Champollion-Figeac
Secrétaire de la Société des Sciences et des Arts de Grenoble, Membre non-résident de l'Académie Celtique de Paris, Correspondant de l'Athénée de la Langue Française, etc.

Antiquités de Grenoble
ou Histoire ancienne de cette ville d'après ses monumens.

Description de l'exemplaire  (Voir : Notes sur la description des ouvrages)

Grenoble, Imprimerie de J. H. Peyronard, 1807
In-4° (308r x 225 mm), XII-151 pp., une planche hors texte,
une grande planche dépliante hors texte.
Antiquités de Grenoble : titre Antiquités de Grenoble : reliure
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Notes sur l'exemplaire

Plein maroquin bleu, dos à 5 nerfs, tranche de tête dorée (reliure janséniste moderne).

Notes sur l'ouvrage

Un des premiers ouvrages sur l'histoire ancienne de Grenoble, essentiellement fondé sur les monuments épigraphiques et sur les textes anciens.

L'ouvrage contient
- Faux titre et titre (p. I-IV)
- Dédicace à Monsieur Fourier, Préfet du Département de l'Isère (pp. V-VI). Ce recueil a paru à son instigation. Joseph Fourier (Auxerre 21/3/1768 – Paris 16/5/1830), préfet de l'Isère de 1802 à 1815, a été le protecteur et le mentor des frères Champollion, en particulier de Jacques-Joseph Champollion-Figeac. C'est aussi un mathématicien illustre.
- Préface (pp. V-XII). J.-J. Champollion-Figeac rappelle les publications précédentes sur les "Inscriptions de Grenoble". En dehors de divers travaux restés manuscrits, le seul ouvrage imprimé est : Anciennes inscriptions de Grenoble, de Guy Allard (Grenoble, J. Verdier, 1683, in-4°). Il veut donc mettre à disposition des historiens un nouveau recueil, précédé d'une Dissertation sur l'histoire ancienne de Grenoble. La transcription des inscriptions se veut plus précise que celle de ses prédécesseurs. Il accompagne chaque inscription d'une notice.
- I. Dissertation sur les limites des Vonconces et des Allobroges, la situation de Cularo, et l'Etat de cette Ville sous la domination Romaine, jusqu'à la fin du IVe siècle de l'ère vulgaire. (pp. 1-27). S'appuyant sur les texte anciens, l'auteur place Cularo sur la rive gauche de l'Isère, à l'emplacement actuel de Grenoble. Il le place aussi sur le territoire des Voconces et non des Allobroges, comme cela est généralement admis. Cette "dissertation" sera complétée dans ses Nouveaux éclaircissemens sur la ville de Cularo, aujourd'hui Grenoble, paru en 1814
- Notices des inscriptions transcrites et étudiées par l'auteur (pp. 28-148). Les notices sont numérotées de II à LXXX, ce qui représente 80 inscriptions, la notice II concernant 2 inscriptions. Les notices II à XXXVI concernent les inscriptions connues de l'auteur, dont 19 sont inédites. Chaque notice contient le texte de l'inscription, suivi d'une explication historique. Parmi les notices particulièrement remarquables, on peut citer la n° II, avec une Dissertation sur les deux Portes de Cularo et sur leurs Inscriptions. (pp. 28-35), qui contient un essai de restitution des inscriptions ornant ces portes. Elle est illustrée par la grande planche dépliante, qui est insérée entre les pages 28 et 29. Les notices VI et VII concernent deux des Sept Merveilles du Dauphiné : La Fontaine qui brûle (ou Fontaine Ardente) et la Tour Sans-Venin. La notice X est illustrée d'une planche hors texte, qui reproduit l'inscription étudiée dans la notice. Cette planche se trouve entre les pages 64 et 65.
Ensuite, les pages 136 à 148 reproduisent sans commentaire le texte de 44 inscriptions perdues. Elles proviennent des travaux de Guy Allard, N. Charbot, N. Chorier, Bimard et Barlet.
- Table (pp. 149-151).

Dans une lettre du 20 vendémiaire an XII (3 octobre 1803), le préfet de l'Isère, Joseph Fourier, demande à J.-J. Champollion-Figeac de "veiller à la conservation des inscriptions anciennes qui peuvent se trouver sur les pierres provenant des murs de l'évêché que l'on démolit en ce moment". Mais, plus largement, il lui demande de "relever et de recueillir toutes les inscriptions qui existent". Joseph Fourier s'adresse à lui à cause de son "goût éclairé pour les  monuments de l'antiquité". Il n'avait pourtant encore rien publié. C'est le début d'une longue et fructueuse collaboration. Le résultat de ce travail est le recueil et la restitution de 35 inscriptions romaines trouvées à Grenoble et ses environs, dont 7 inédites. Elles furent publiées sous forme de tableau in-plano : Inscriptiones Cularonenses restitutae, en 1804. Champollion-Figeac se fit aider par les conseils éclairés de son premier mentor, Millin.

En 1806, avec l'autorisation de Fourier, ce tableau "devient par l'artifice d'une typographie largement aérée" le présent ouvrage. Ch.-O. Carbonell précise qu'il ne s'agit "que d'un corpus épigraphique", malgré le titre de l'ouvrage. Selon celui-ci, l'introduction sur la limite des Voconces et des Allobroges "révèle assez bien l'ambiguïté de la méthode historique de l'auteur". En fondant son étude sur les textes des grands auteurs romains et s'en rapportant à l'autorité de ses prédécesseurs, Champollion-Figeac "reste sensible à l'argument d'autorité, à la tradition historiographique. Ce "savant" est plus heureux de retrouver que de trouver, de confirmer que de critiquer". Cet ouvrage a permis à Champollion-Figeac de se poser en spécialiste de l'antiquité dauphinoise.

En 1807, Joseph Fourier lui demanda des recherches sur le "patois" du Dauphiné, dans le cadre de l'enquête lancée par le ministre de l'Intérieur. Ce travail, terminé en 1808, est publié en novembre 1809 : Nouvelles recherches sur les patois ou idiomes vulgaires de la France et en particulier sur ceux du département de l'Isère, Paris, Goujon, 1809, in-12, XII-[2]-201-[3] pp. Cette demande est la preuve de la confiance que Joseph Fourier accordait à Jacques-Joseph Champollion et de l'autorité qu'il avait acquise dans le petit monde de l'érudition dauphinoise.

Exemplaire sur grand papier. L'ouvrage est imprimé sur un papier vergé bleu. Comme il arrive souvent pour ce type de papier, la couleur n'est pas uniforme selon les cahiers. Certains sont d'un bleu très pale, d'autres d'un bleu plus soutenu. La grande planche dépliante est imprimée sur un papier au bleu clair particulièrement affirmé.

Cet exemplaire est complet des deux planches. La grande planche dépliante manque souvent. Il semble qu'elle soit absente des exemplaires sur papier ordinaire, mais cela reste à vérifier.

Je possède un autre exemplaire, sans la grande planche dépliante. A la fin, est relié une grand plan dépliant de Grenoble : Plan de la ville de Grenoble avec ses percés de rues et des projets d'agrandissement. Dressé par J. M. Vagnat, architecte, 1837. Dimensions : H : 665 mm, L : 475 mm. Imprimé par C. Pegeron.
Sur la base du plan du Grenoble ancien, il donne les projets de percés de rues à travers l'ancienne ville et les projets d'agrandissement au sud/

Dimensions de cet exemplaires : 290r x 222r mm.
Demi basane havane, dos lisse orné de filets dorées et de fleurons à froid, pièce de titre en maroquin rouge, tranches mouchetées. Le papier de reliure est particulièrement beau.
Tampon sec sur le faux titre : "Mr. Baroz. Instituteur. Isère."
Antiquités de Grenoble : reliure Antiquités de Grenoble : reliure Antiquités de Grenoble : plan de Grenoble
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Commentaire personnel

Bel exemplaire d'un ouvrage qui n'a maintenant d'intêret que pour ce qu'il représente dans la fructueuse collaboration entre Joseph Fourier et Jacques-Joseph Champollion-Figeac. C'est comme le signe tangible des futurs travaux à venir des deux frères et, bien entendu, de ceux du grand Jean-François Champollion. Sans Joseph Fourier, aurait-il déchiffré les hiéroglyphes ?

Références  (Voir : Liste des sources et référence)

Notice biographique de Jacques-Joseph Champollion-Figeac
Notice biographique de Joseph Fourier sur Wikipedia.
Site sur Joseph Fourier, avec une page plus spécialement consacrée à Champollion-Figeac.

Sur la genèse et la place de cet ouvrage dans l'œuvre de Jean-Jacques Champollion-Figeac, on peut consulter avec profit la biographie de référence : L'autre Champollion. Jacques-Joseph Champollion, de Charles-Olivier Carbonell, et plus particulièrement les pages 33-33 et 41-42.

Rochas : I, p. 218, II
Perrin : 148
Maignien (Catalogue) : 29302
L'autre Champollion. Jacques-Joseph Champollion, de Charles-Olivier Carbonell : n° 7 de la bibliographie (p. 297).
Guillemin : 5082
SdB : 1237 (7 f.)
Lantelme : 799 (3 f.)
Librairie ancienne des Alpes. Catalogue n° 12 Septembre-Octobre 1933 : "Rare", 60 fr. (35 €, valeur 2004) et 35 fr. ( 21 €, valeur 2004) pour un exemplaire sans la planche. Précise : "la grande planche dépliée qui manque souvent".
BNF : 4-LK7-3020

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à m'écrire : bibliotheque.dauphinoise@noos.fr

Accueil