Blason Dauphiné BIBLIOTHÈQUE DAUPHINOISE Armoiries Hautes-Alpes
ACCUEIL LISTE DES OUVRAGES LISTE DES PERSONNES CONTACT

Paul Couturier de Royas

Paul Couturier de Royas (Vienne 2/7/1853, La Tronche (38) 2/10/1934), rentier, un des plus grands bibliophiles du Dauphiné.
Il était de petit-neveu de Paul-Emie Giraud, maire de Romans et député de la Drôme, auteur de nombreux ouvrages d'histoire locale sur le Dauphiné et Romans.


Il existe deux ex-libris de Paul Couturier de Royas

Grand ex-libris (taille réelle) : 116 x 74 mm.

Paul Couturier de Royas pere : ex-libris

Petit ex-libris (taille réelle) : 40 x 40 mm.

Paul Couturier de Royas fils : ex-libris

Selon mes observations sur les exemplaires de cette provenance que j'ai eu entre les mains, je constate :
- le grand ex-libris ne se trouve jamais seul.
- lorsque il y a les deux ex-libris, souvent le petit ex-libris recouvre légèrement le grand, signe d'antériorité de l'un par rapport à l'autre

Je n'ai pas d'explication sur l'existence de ces deux ex-libris. Je ne peux qu'émettre quelques hypothèses : :
- Le grand ex-libris serait celui du père, qui s'appelait aussi Paul. Son fils, après avoir hérité de la bibliothèque de son père, aurait marqué sa possession en y apposant son ex-libris, veillant à le recouvrir légèrement selon un usage courant pour marquer la succession des possesseurs.
- Les deux ex-libris sont ceux de Paul Couturier de Royas. Lorsque il a fait graver le nouvel ex-libris (le petit), il a jugé nécessaire de l'apposer dans tous les ouvrages qu'il possédait déjà et dans lesquels il avait déjà mis le premier ex-libris (le grand). Cette démarche est inhabituelle et je n'en connais pas d'autres exemples.

Suite à un échange avec un descendant d'une sœur de Paul Couturier de Royas, qui possède encore une partie de sa bibliothèque, nous sommes arrivés à la conclusion que la première hypothèse doit être la bonne.

Les ouvrages de cette bibliothèque sont très nombreux sur le marché. Selon mes informations, cette collection a été dispersée dans les années 1970. J'en possède 11, dont 8 avec les deux ex-libris et 3 avec le petit ex-libris :

Exemplaires portant les 2 ex-libris :
- Mémoire pour la ville de Gap, chef-lieu du département des Hautes-Alpes
- Journal historique du Concile d'Embrun par Mr *** Bachelier de Sorbonne [F. de Montauzan]
- Recueil de poésies fugitives, par P.-J.-A. Dupuy
- Œuvres choisies. I. Le Banc des Officiers. - II. La Tallardiade. - III. Les Vogues du Champsaur. - IV. Pièces fugitives, par M. Faure, du Serre
- Correspondance politique et littéraire du marquis de Valbonnais. Président de la Chambre des Comptes et historien du Dauphiné, publiée et annotée par C. U. J. Chevalier
- Annuaire de département des Hautes-Alpes pour l'an 13, par A. Farnaud
- Quelques conseils à un jeune voyageur, par [Maurice-Alexandre Blanc La Nautte, Comte d'Hauterive]
- Pièces rares et curieuses relatives à l'Histoire du Dauphiné, publiées sur les originaux, avec des éclaircissements et des notes, par trois bibliophiles dauphinois. N° II. La première messe au château de Vizille 

Exemplaire portant un seul ex-libris :
- Recherches historiques sur le pèlerinage des rois de France à Notre-Dame d'Embrun précédées d'une notice sur Marcellin Fornier, par Adolphe Fabre
- Statistique. Lettres à Lucie sur le canton de Mens (Isère), par André Blanc
- Catalogue d'une importante bibliothèque composée d'ouvrages anciens, rares et précieux. Ancienne bibliothèque de D. de Salvaing de Boissieu.

Parmi ces ouvrages, les conditions sont assez diverses :
- 2 ouvrages reliés par L. Guétant en demi-veau bleu
- 2 ouvrages reliés par S. Magnin, l'un en demi-veau bleu et l'autre en demi-maroquin havane
- un ouvrage relié par E. Thomas en demi-maroquin à coins vert
- un ouvrage relié en demi-basane
- 2 ouvrages reliés en demi percaline à coins
- 3 ouvrages : un plein velin, un cartonnage bleu et un cartonnage modeste.

Ces quelques exemplaires que je possède et les nombreux exemplaires que j'ai vus sur le marché permettent d'apprécier la démarche bibliophilique de Paul Couturier de Royas. Comme tous les bibliophiles, il recherchait les ouvrages en belle condition. En général, ils se distinguent par la qualité des reliures.Cependant, pour les ouvrages rares, il savait acheter des exemplaires dans des conditions modestes. A la différence de beaucoup de bibliophiles de la fin du XIXe, il ne les faisait pas de nouveau relier. J'ai deux ouvrages de sa bibliothèque dans des cartonnages qu'il a conservés en l'état. Le meilleur exemple est le très modeste cartonnage des Lettres à Lucie sur le canton de Mens. Il l'a conservé "dans son jus", démarche qui ressemble plus à la bibliophilie moderne où l'on préfère conserver un exemplaire en l'état, malgré les défauts, plutôt que de faire relier à neuf en perdant le cachet de l'ancienne condition. Tous les ouvrages qu'il possédait étaient reliés. A la différence d'Eugène Chaper qui n'hésitait pas apposer son ex-libris sur des ouvrages brochés, je n'ai jamais vu de brochés avec son ex-libris. En revanche, il ne semble pas avoir eu le goût des reliures de grand luxe comme on pouvait les voir la fin du XIXe.  Sa démarche bibliophilique est clairement guidée par le souci de l'exhaustivité. Vu le nombre impressionnant d'ouvrage de sa bibliothèque sur le marché, il devait lui-même être acheteur d'ouvrages en nombre, avec toujours un souci de qualité des exemplaires. Autant que je puisse en juger, l'intérêt de Paul Couturier de Royas était d'abord la recherche du texte, en veillant ensuite à trouver des exemplaire en belle condition. C'est ce qui fait le prix des ouvrages de sa bibliothèque, qui allient l'intérêt propre de l'ouvrage pour l'histoire du Dauphiné, avec la qualité de la reliure. Certains bibliophiles ne recherchent les exemplaires que pour la reliure. Ce ne semble pas être sa démarche.

Paul Couturier de Royas était membre de la Société des Bibliophiles Dauphinois lorsque elle a été fondée en janvier 1905 sous l'impulsion de Henri Ferrand, Gustave Vellein et Edmond Maignien. Il a donné trois courts articles dans le bulletin de la société : Petite Revue des Bibliophiles Dauphinois :
- Impressions dauphinoises peu connues, n°  5, 1907, pp. 243-246, signé "C.". Description précise de 6 impressions de Romans, Valence, Grenoble et Vienne du XVIIe siècle.
- Notes bibliographiques sur Massard, n° 6, 1908, pp. 9-21, signé "C.". Jacques Massard est un médecin grenoblois de la deuxième moitié du XVIIe siècle, réfugié en Hollande après la révocation de l'Edit de Nantes.
- Notes Bibliographiques, n° 11, 1910, pp. 43-45, signé "C.". Description précise de "deux petits bouquins dauphinois assez rares" du  XVIe siècle.

Il sera aussi de la Société lorsque elle renaîtra de ses cendres en janvier 1920, après sa disparition en 1915. On ne trouve aucun article de lui dans les quelques bulletins que je possède.

Cet intérêt pour la bibliographie et la description précise des ouvrages se retrouve dans le seul travail d'ampleur que nous lui connaissons. Il s'agit du Catalogue des livres imprimés, édités ou vendus à Grenoble, de l'origine à la Révolution (1490-1788), manuscrit en 3 volumes, Bibliothèque Municipale de Grenoble, R.8694.
On ne peut que regretter qu'il n'ait jamais publié d'ouvrages sur la bibliographie dauphinoise, quand on devine la richesse de sa bibliothèque et l'étendue de son érudition.

Selon un commentaire dans la notice n° 99 de Les sommets de la bibliophilie dauphinoise : n° 42, Couturier de Royas donna sa collection personnelle à la ville de Grenoble en 1924. Il n'a dû donner que les ouvrages les plus beaux ou les plus intéressants.

Ses deux ex-libris sont répertoriés par Germaine Meyer-Noirel dans son Répertoire général des ex-libris français des origines à l'époque moderne, sous les numéros : C 1779 et C 2154, en signalant qu'on les trouve en sanguine et en noir. Personnellement, je ne les connais qu'en sanguine. 

Ouvrages provenant de cette bibliothèque sur ce site

Statistique. Lettres à Lucie sur le canton de Mens (Isère).
Catalogue d'une importante bibliothèque composée d'ouvrages anciens, rares et précieux. Ancienne bibliothèque de D. de Salvaing de Boissieu.
Pièces rares et curieuses relatives à l'Histoire du Dauphiné, publiées sur les originaux, avec des éclaircissements et des notes, par trois bibliophiles dauphinois. N° II. La première messe au château de Vizille.
Correspondance politique et littéraire du marquis de Valbonnais.

Commentaire personnel

Quand j'imagine la bibliothèque de Paul Couturier de Royas, j'ai une grande estime pour ce travail de toute une vie qu'est la constitution d'une collection cohérente et de qualité sur le Dauphiné. C'est aussi une façon de préserver un patrimoine fragile.A l'égal d'Eugène Chaper, dont la démarche était un peu différente, il mérite le respect de tous ceux qui s'intéressent à la bibliophilie dauphinoise.

Sources  (Voir : Liste des sources et références)

Internet : généalogie de la famille Couturier de Royas