Blason Dauphiné BIBLIOTHÈQUE DAUPHINOISE Armoiries Hautes-Alpes
ACCUEIL LISTE DES OUVRAGES LISTE DES PERSONNES CONTACT
PAGE THÉMATIQUE : Exploration du Haut-Dauphiné(Oisans/Ecrins)

Adolphe Joanne (Edouard Whymper)

Escalades dans les Alpes par M. Edouard Whymper. 1860-1869.
Texte et dessins inédits.

Description de l'exemplaire  (Voir : Notes sur la description des ouvrages)

S.l.n.n.n.d. (Paris, Hachette, 1872), in-4° (300 x 222 mm)
16 pp., paginées 273-304, 25 gravures sur bois, dont 2 en pleine page,
2 croquis et une carte.
Escalades dans les Alpes, E. Whymper : titre du premier article Escalades dans les Alpes, E. Whymper : titre du second article
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Notes sur l'exemplaire

Broché.

Notes sur l'ouvrage

Deux articles d'Adolphe Joanne constitués d'extraits traduits de Scrambles amongst the Alps in the years 1860-69, d'Edouard Whymper, paru à Londres en 1871 :
I . Ascension du Pelvoux. – Passage d'une bergschrund au col de Pilatte. – Un mauvais pas à la Pointe des Ecrins. – La bergschrund de la Dent-Blanche. – Le col Dolent. – Le col de Moming.  13 gravures sur bois, dont une en pleine page, deux croquis et une carte.
II. Ascension du Cervin. 12 gravures sur bois, dont une en pleine page.

Le premier article contient une ascension au Pelvoux faite par Edouard Whymper en août 1861. Il voulait faire l'ascension du Pic des Arsines (Barre des Ecrins), qu'il pensait pouvoir atteindre depuis le Pelvoux. Il se fait accompagner du guide Sémiond qui avait participé à l'expédition du capitaine Durand lors de la première ascension du Pelvoux en 1828 (voir p. 278). Arrivé au sommet du Pelvoux, E. Whymper est bien obligé de se rendre à l'évidence : "Cette montagne [Barre des Ecrins, ou Pic des Arsines] n'était guère qu'à deux milles de distance, et un abîme effroyable, dont nous ne pouvions apercevoir le fond, nous en séparait" (p. 283). Les commentaires de E. Whymper sur le pic qu'il voit en face de lui montrent clairement que la topographie interne du massif des Ecrins était très imprécise dans son esprit, malgré les travaux du capitaine Durand, qui avait bien identifié le point culminant du massif.
Même si le Haut-Dauphiné n'a pas été le lieu où le génie d'Edouard Whymper s'est le mieux fait connaître, il revêt une importance toute spéciale dans sa vie. En effet, comme il l'annonce dans sa préface de Escalades dans les Alpes, cette première ascension du Pelvoux en 1861 a été à "l'origine de [ses] escalades dans les Alpes.". Cela donne une importance considérable à cette ascension qui fut à l'origine des essais, puis de la victoire de Whymper au Cervin en 1865, victoire qui prit une dimension tragique par l'accident mortel d'une partie de la cordée qui vainquit ce sommet. 

Le deuxième article est consacré aux différentes tentative de Whymper pour atteindre le sommet du Cervin, jusqu'à la tentative victorieuse du 14 juillet 1865. Cette ascension fut endeuillée par la mort de plusieurs membres de la caravane, dont le guide Croz de Chamonix. Cet accident a eu un retentissement énorme dans cet âge d'or de l'alpinisme. Certains condamnèrent les risques pris pour gravir ces sommets.

Les articles sont essentiellement constitués des extraits de l'ouvrage anglais de E. Whymper traduits par Adolphe Joanne, avec des textes introductifs ou intermédiaires faisant le lien entre les différents extraits. Il s'agit de la pré-publication de la traduction d'Adolphe Joanne. L'ouvrage complet en français a paru en 1873 :
Escalades dans les Alpes de 1860 à 1869. Ouvrage traduit de l'anglais avec l'autorisation de l'auteur par Adolphe Joanne et contenant 108 gravures et 6 cartes.
Paris, Hachette, 1873, in-4 , 3 ff., titre en rouge et noir + IV + 431 p., illustré de 108 gravures sur bois partiel. en pleine page + 1 planche de croquis (Cervin, avec hachure en rouge) + 5 (3 doubles) cartes dont 4 en coul.

Les deux gravures en pleine page de ces articles, d'après des dessins de A. de Neuville, n'ont pas été reprises dans l'édition complète. Elles représentent : "Un mauvais pas à la point des Ecrins" et "La découverte des cadavres [après l'accident du Cervin]"
Les autres gravures sont d'après des dessins de E. Whymper.

Ces deux articles forment les livraisons n° 591 et 592 de la revue Le Tour du Monde. Nouveau journal des voyages, publié sous la direction de M. Edouard Charton et illustré par nos plus célèbres artistes. Description du volume complet auquel elles appartiennent : Paris, librairie Hachette et Cie, s.d. [4]-433-[2] pp.

Le Mont Pelvoux vu depuis la Bessée
Escalades dans les Alpes, E. Whymper : Pelvoux
Le Grand-Pelvoux de Vallouise
Escalades dans les Alpes, E. Whymper : Pelvoux
Passage d'une bergschrund au glacier de Pilatte
Escalades dans les Alpes, E. Whymper : Glacier de La Pilatte
Le Pelvoux et l'Ailefroide vus depuis Mont-Dauphin
Escalades dans les Alpes, E. Whymper : Pelvoux depuis Mont-Dauphin
Carte "Alpes centrales du Dauphiné"
Escalades dans les Alpes, E. Whymper : carte
Un mauvais pas à la pointe des Ecrins
Escalades dans les Alpes, E. Whymper : Ecrins
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Sur la carte, on remarquera l'importance des appareils glaciaires. Les glaciers Blanc et Noir se rejoignent encore au Pré de Mme Carle. Le développement des glaciers de La Pilatte et du Sélé est très supérieur à l'emprise actuelle.

L'ascension du Pelvoux est illustrée de deux croquis, dont l'un donne une représentation fidèle et détaillée du profil de la montagne, avec la toponymie et l'itinéraire de l'ascension. C'est probablement la première description précise de la montagne et de ces différents sommets :

Contre-forts du Pelvoux
Escalades dans les Alpes, E. Whymper : Pelvoux, profil
Chaîne du Pelvoux
Escalades dans les Alpes, E. Whymper : Pelvoux, profil
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Le récit de l'ascension du Pelvoux a aupravant paru dans le recueil Peaks, Passes, and Glaciers; Second series, publié à Londres en 1862 : The ascent of Mont Pelvoux, par Edward Whymper. Certaines des illustrations de l'article ont été reprises dans cet ouvrage.

Notice sur Le Tour du Monde (extrait de www.liberlibri.com/w_tourmonde.htm)
Lancé par Edouard CHARTRON, fondateur du "Magazin Pittoresque" et co-fondateur de "L'Illustration", le journal accueillera dans ses pages des artistes comme Gustave Doré, Grandsire ou Riou.
Son exceptionnelle et abondante iconographie consacre l'apothéose de la gravure sur bois devenue dans la seconde moitié du XIX° la principale technique d'illustration à partir de photographies ou de dessins.
Le premier numéro du Tour du monde parait le 1° février 1860. Une première série allant de 1860 à 1894 est interrompue par la guerre Franco-Prussienne (pas de parution en 1871). Elle est intitulée "journal des voyages".
Une deuxième série de 1895 au premier semestre 1914, intitulée "journal des explorations" voit la reproduction photographique remplacer la gravure sur bois.

Commentaire personnel

Pages émouvantes qui montrent  l'apparition, voire la naissance, de l'alpinisme tel qu'on le connait, cela malgré une connaissance encore très approximative de nos massifs.
Le Haut-Dauphiné, "un district très pittoresque, offrant le plus haut intérêt, et demeuré jusqu'à ce jour presque complètement inexploré" (préface de Escalades dans les Alpes), se doit de rendre hommage à Edouard Whymper qui fut l'un des premiers à le découvrir et à le faire connaître.

Références  (Voir : Liste des sources et références)

Notice biographique d'Edouard Whymper sur Wikipedia en français et en anglais.
Ouvrage sur Edouard Whymper par Franck Sydney Smythe : Edouard Whymper. Le vainqueur du Cervin.

Perret : 4557, pour cette édition et toutes les éditions anglaises et françaises de Escalades dans les Alpes de 1860 à 1869.
Alpinistes britanniques et austro allemands dans les Ecrins, de M. Mestre et M. Tailland : pp. 17-25.
Contribution des Anglais à la topographie du Dauphiné, de Henri Ferrand : p. 30.