Blason Dauphiné BIBLIOTHÈQUE DAUPHINOISE Armoiries Hautes-Alpes
ACCUEIL LISTE DES OUVRAGES LISTE DES PERSONNES ACTUALITES CONTACT

Messire Denys de Salvaing
Chevalier Seigneur de Salvaing & de Boissieu, Conseiller du Roy en son Conseil d'Estat, Premier President en sa Chambre des comptes de Dauphiné.

Traité du plait seigneurial et de son usage en Dauphiné.
Contenant diverses question en matiere de droits Seigneuriaux.

Description de l'exemplaire  (Voir : Notes sur la description des ouvrages)

Grenoble, Jean Nicolas, Marchant Libraire, 1652
In-8°, (158r x 102r mm), [8]-272 pp. (chiffrée 182)
Traité du plait seigneurial : titre Traité du plait seigneurial : reliure
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Notes sur l'exemplaire

Plein parchemin d'époque, titre écrit à l'encre au dos.
Marque de possession sur la page de garde (voir ci-dessous).
De la bibliothèque de Charles Jaillet, avec son ex-libris au premier contre-plat  (voir ex-libris dauphinois).

Notes sur l'ouvrage

Première traité de jurisprudence de Denis de Salvaing de Boissieu, qui était depuis 1639 premier Président de la Chambre des Comptes du Dauphiné, à Grenoble.

Le sujet traité concerne un droit seigneurial propre au Dauphiné. Il en donne lui-même un résumé dans l'édition de 1731 (voir ci-dessous) :  "Le plait est un droit seigneurial, qui est dû à mutation de seigneur, ou de possesseur de l'héritage, lequel y est sujet, ou de tous les deux ensemble selon qu'il est stipulé, comme j'ay dit au Traité que j'ai donné au public l'an 1652. Du plait Seigneurial & de son usage en Dauphiné; dans lequel j'ay remarqué trois sortes de Plait, suivant nos mœurs; le Plait conventionnel; le Plait accoutumé, le Plait à merci."

Composition de l'ouvrage :
- Titre (p.[I])
- Table de ce qui est contenu en ce Traité (pp. [III-VI]
- Feuillet blanc [pp. [VII-VIII])
- Traité du Plait seigneurial (pp. 1-272)

Il y a quelques irrégularités dans la numérotation des pages, même si le texte est complet.
Après la page 199, la numérotation recommence à 100 au lieu de 200.
En plus de cet écart de 100, après la p.199, quelques pages sont mal chiffrées (je ne tiens pas compte que la numérotation devrait être en 200) :
- p. 154 chiffrée 156.
- p. 156 chiffrée 154.
- pp. 164 et 165 chiffrées 174 et 175.
- pp. 168-172 chiffrées 178-182. La dernier page de l'ouvrage est donc chiffrée 182. Corrigée de l'erreur de pagination, mais avec l'écart de 100,  cette page devrait porter le numéro 172. Corrigée de l'écart de 100, le numéro réel de cette page doit être 272, ce qui correspond à la composition de l'ouvrage. En effet, l'ouvrage contient un cahier de 4 feuillets non chiffrés (signature a) et 17 cahiers chiffrés de 8 feuillets signés A à R, soit 272 pages.

Deux pages sont cartonnées (c'est ce qui est indiqué par E. Maignien et que je constate dans mon exemplaire) : 161  et 179.

En 1664, Denis de Salvaing de Boissieu a donné un autre grand texte de jurisprudence seigneuriale :
De l'usage des Fiefs et autres Droits seigneuriaux
Grenoble, François Féronce, Marchand-Libraire, 1664, in-8° 

Ensuite les deux textes ont été réunis sous un même titre :
De l'usage des Fiefs et autres Droits seigneuriaux; seconde édition, augmentée de la seconde partie et du Traité du Plait seigneurial, avec plusieurs remarques servants à l'histoire.
Grenoble, Robert Philippes, 1668, in-fol.
Le Traité a une pagination particulière.

Enfin en 1731, deux éditions sont données de cette réunion, l'une à Avignon (ou Grenoble) et l'autre à Grenoble, chez André Faure. "Ces deux éditions, quoique imprimées sous la même date, sont tout-à-fait distinctes, et celle d'André Faure est la plus belle." (A. de Terrebasse). Dans ces éditions, le Traité a aussi une pagination particulière.

A. de Terrebasse, qui donne cette bibliographie dans sa vie de Salvaing de Boissieu en 1850 (Relation des principaux événements de la vie de Salvaing de Boissieu), commente ainsi ces deux ouvrages :
"Ces nombreuses réimpressions témoignent suffisamment du mérite et de l'importance de l'ouvrage. Tout ce que nous nous permettrons d'ajouter, c'est que, jusqu'à l'époque de la Révolution, les décisions formulées dans ce judicieux Traité ont fait autorité dans plusieurs parlements du royaume. Il a passé depuis de la bibliothèque des jurisconsultes dans celle des savants, où les documents qu'il conserve le placent désormais à l'abri des injures du sort.
Le président de Boissieu n'était pas homme à écrire un volume sur les matières féodales sans trouver occasion de parler de sa famille et de lui-même. Aussi n'oublie-t-il pas de citer le cri de guerre de ses ancêtres et l'acte d'inféodation qu'il passa de la terre de Saint-Bonnet à noble Humbert de Chaponay, conseiller au parlement de Grenoble, sous le plait d'une paire de gants de cerf et aux autres conditions énoncées dans l'acte , du 28 août 1647." (pp.14-15).

A. de Terrebasse fait allusion aux prétentions nobiliaires de Salvaing de Boissieu, qu'il a tenté de démonter dans son ouvrage.

Comme cela est indiqué sur la page de titre, cette édition du Traité a été imprimée par la veuve d'Etienne Voisin. Cet imprimeur-libraire, qui serait originaire d'Orange où il a été actif jusqu'en 1643, était présent à Grenoble en 1643, où il est mort en 1649. Sa veuve a poursuivi son activité d'imprimeur au moins jusqu'en 1653. (voir Maignien (Imprimerie), p. XXXIX).

Cet ouvrage a été édité par Jean Nicolas, de la famille Nicolas très active aux XVIIe siècle dans la librairie grenobloise (voir Jean Nicolas, père et fils, libraires à Grenoble (1608 - 1681)). C'est le fils Jean Nicolas qui a assuré l'édition de ce texte ou, tout du moins, la diffusion de l'ouvrage. La meilleure source sur l'activité de libraire de cette famille est l'ouvrage : Livres et lecteurs à Grenoble. Les registres du libraire Nicolas (1645-1668), par H.-J. Martin et M. Lecocq, Genève, Paris, 1977. Sur la base de ces registres, ils donnent la liste complète des acheteurs de l'ouvrage, ainsi que celle des libraires à qui Jean Nicolas a fourni cet ouvrage (Piot à Avignon, de Tournes à Genève, etc.). On voit que le prix de vente aux particuliers et aux libraires était de une livre. On comprend par ailleurs que Jean Nicolas reçoit les exemplaires de D. de Salvaing de Boissieu lui-même qui lui fournit par deux fois une centaine d'exemplaires à vendre, ce qui confirmerait qu'il l'a publié à ses frais. Remarquons au passage que Salvaing de Boissieu lui cédait les ouvrages au prix de 14 sous et que Jean Nicolas les revendait une livre (ou 20 sous), soit une marge bénéficiaire de 30 %.


Les transactions du libraire Nicolas
pour cet ouvrage

Traité du plait seigneurial

Indication d'achat

Traité du plait seigneurial
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Sur la page de garde, cet exemplaire porte une marque possession, avec l'indication du lieu et de la date d'achat : "Acheté à Grenoble - 3 juillet 1652." Gaillard (ou Gaillaud). Il n'a pas dû l'acheter au libraire Nicolas, car on ne le retrouve pas dans la liste des acheteurs, sauf  à l'identifier comme Guillaud, marchand à Romans, mais la date ne correspond pas (18 mai 1652) et il est difficile de lire Guillaud dans la signature.

Références  (Voir : Liste des sources et références)

Sur Denis de Salvaing de Boissieu, voir : Relation des principaux événements de la vie de Salvaing de Boissieu, par A. de Terrebasse, 1850.

Pour ceux qui voudraient approfondir la notion de plait seigneurial, qui est, semble-t-il, une particularité du Dauphiné, je les renvoie à cet article de l'Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, Tome VI, 1786, publié par Charles-Joseph Panckoucke : cliquez-ici.
Le Traité du plait seigneurial, dans l'édition de 1731 : cliquez-ici.

Maignien (Imprimerie) : 337, qui le décrit ainsi : "4 ff. n. chiff. + 272 pp. La pagination recommence à tort à la p. 100 après la p. 199. Les pp. 161 et 179 sont cartonnées."
Perrin : 754
Absent de la vente de la bibliothèque Salvaing de Boissieu.
Lantelme (526) : 5 frcs, relié par Gruel
CCFr :
- 2 exemplaires à la BNF (F-44190 et 8-J-4048)
- un exemplaire à la Bibliothèque Sainte-Geneviève (8 F 432 INV 3579), de la bibliothèque Le Tellier.
- 2 exemplaires à la BMG : T.99 (exemplaire de Guy Allard) et T.1023.