Blason du Dauphiné Bibliothèque Dauphinoise Armoiries Hautes-Alpes
Accueil Liste des Ouvrages Liste des Personnes Contact

Revue du Dauphiné
publiée sous la direction de M. Ollivier Jules.

Description de l'exemplaire (Voir : Notes sur la description des ouvrages)

6 volumes in-8° (223r x 146r mm) :
Valence, L. Borel, Imprimeur-Editeur,  :
- Tome I, 1837, 352 pp.
- Tome II, 1837, 392 pp., une planche hors texte (p. 258)
- Tome III, 1838, 388 pp., trois planches hors texte (p. 64, p. 192, p. 256)
- Tome IV, 1838, 388 pp., une planche lithographique hors texte (p. 168)
Grenoble, Rey-Giraud, Libraire; Valence, L. Borel, Imprim. :
- Tome V, 1839, VI-343 pp. (la pagination arabe continue la pagination romaine, la page 7 succède à la page VI).
- Tome VI, 1839, 384 pp.

Notes sur l'exemplaire

Demi basane, dos lisse orné de filets dorés (reliure d'époque).
Epidermures.

Notes sur l'ouvrage

C'est la première revue savante publiée dans le Dauphiné. Probablement publiée par livraison, elle forme une ensemble de 6 tomes dont la description est la suivante :


Tome I

Dans l'introduction du premier tome (pp.5-14), Jules Ollivier donne la programme de la revue qu'il dirige. Il la place d'abord sous le signe de l'histoire. Il donne un rapide aperçu historique de la région. Mais c'est aussi une revue littéraire régionale et, plus généralement, une revue qui embrasse toutes les activités culturelles, pour utiliser un vocabulaire de nos jours. Il s'interdit de parler de politique et, dans le champ littéraire, de prendre partie pour une "coterie" littéraire.

Ce premier tome est représentatif de l'esprit que Jules Ollivier entend donner à cette revue. On y trouve :
- Poésie et théâtre, par Azéma de Montgravier, Jules Taulier, Replat (d'Annecy), Fabius Leblanc, Alfred Bougy et Dupuys
- Philosophie, par P. M. Laurent, Albert du Boys, M. Mallet
- Critique littéraire, par Jules Ollivier et Alfred Bougy
- Bulletin littéraire et scientifique (4 bulletins dans ce tome) contenant des chroniques littéraires, de l'archéologie et des mélanges. Concerne en général le Dauphiné.
- Histoire, biographie, document historique inédits, "album pittoresque" par Léon Ménabréa (juge à Annecy), Jules Ollivier, Scipion Gras, le vicomte de Leusse, Azéma de Montgravier, Camille Bernard, M. Delacroix, M. ….YS (Alfred du Boys), J. Replat (d'Annecy)

Les articles les plus intéressants pour le Dauphiné sont :
- Essai sur l'histoire littéraire du Dauphiné, de Jules Ollivier (pp. 15-39), rapide panorama des différents écrivains qui se sont illustrés dans la littérature, la philosophie, l'histoire, les sciences, etc. Premier article de la revue, il donne bien le ton d'une revue qui n'hésitera pas devant les jugements de valeur, les critiques mordantes et parfois, le maniement de l'ironie.
- Mme de Tencin, par Azéma de Montgravier (pp. 167-185), biographie de cette célèbre dauphinoise.
- Lettre à M. Reinaud sur le séjour des Sarrazins en Dauphiné, par Jules Ollivier (pp. 225-253 ). Cette lettre écrite suite à la publication de l'ouvrage de M. Reinaud, Invasions des Sarrazins en France, Paris, 1836, est suivie d'un Précis historique des invasions et du séjour des Sarrazins en Dauphiné qui est une synthèse des connaissances historiques sur la présence des Sarrazins en Dauphiné. L'auteur tente de corriger certaines allégations et légendes sur cette période troublée.
- Notice historique sur l'exploitation des mines de l'Oisans, par Scipion Gras (pp. 264-279). Cet article, écrit par un ingénieur des mines spécialiste de la géologie et de la minéralogie du Dauphiné, contient des informations intéressantes sur les anciennes mines et sur les travaux contemporains de prospection par la Compagnie des mines d'Allemont et des Hautes-Alpes. Contrairement à qu'annonce le titre, le champ d'investigation va au-delà de l'Oisans puisqu'il inclut le Briançonnais jusqu'aux mines de l'Argentière.
- Documens historiques inédits (pp. 316-326) qui reproduisent des lettres du parlement de Grenoble aux évêques Hay de Bonteville et de Leyssin sur leur présence dans leurs diocèses de Grenoble et d'Embrun, ainsi que d'autres documents.
- Une dispute scientifique en 1672, par Jules Ollivier (pp. 327-338). Article de bibliographie sur des ouvrages rares de controverses entre médecins (Terisse et Terrasson) à propos de la fontaine des Pennes à côté de Die.


Tome II

Ce deuxième tome, dans la continuité du premier, contient toujours :
- Poésie, par H. Monier de la Sizeranne, Charles Chancel (très actif dans ce volume) et Riboulon
- Bulletin littéraire et scientifique (5 bulletins dans ce tome) contenant des chroniques littéraires, de l'archéologie et des mélanges. Concerne en général le Dauphiné.
- Histoire, biographie, document historique inédits, "album pittoresque" par T. Gautier, Albert du Boys, Jules Ollivier, J.-J. Pilot, Mermet aîné, Mathieu Thomassin, Camille Bernard, J. Replat et H. Blanchet.

Il se complète désormais de :
- Economie pastorale, par Etienne Gouju, propriétaire à Bezaudun, d'économie industrielle (article non signé) et d'économie politique par M. Berenger.
- Bulletin bibliographique par P. Colomb de Batines, qui complète le Bulletin littéraire et scientifique. Il contient "l'indication des ouvrages sortis des presses des trois départements des Hautes-Alpes, de la Drome et de l'Isère, et de ceux qui se référent à l'histoire de la province". Il y a 4 bulletins dans ce tome. Ils ont été repris dans : Annuaire bibliographique du Dauphiné pour 1837. 1ère année, par le Vicomte Colomb de Batines, Grenoble, s.d. (1837)

Les articles les plus intéressants pour le Dauphiné sont :
- Lettre sur l'histoire de la ville de Gap, par Théodore Gautier, bibliothécaire de la ville de Gap, qui "fait partie d'un travail historique de longue haleine, rédigé sous la forme épistolaire, que M. Gautier prépare sur la ville de Gap." (p. 29). Ce tome contient deux lettres : 1515 à 1562 (pp. 29-53), datée du 20 février 1837 et 1515 à 1563 (pp. 163-183), datée du 30 mai 1837. La matière de ces lettres a alimenté le Précis de l'histoire de la ville de Gap, suivi de notes et éclaircissements et de notices biographiques sur les évêques de cette ville, du même auteur, Gap, 1844. Les faits repris sont cependant moins détaillés.
- De la part que Saint-Hugues prit aux Croisades, par Albert du Boys (pp. 95-100), chapitre VI de sa Vie de Saint-Hugues, alors sous presse.
- Le début d'une histoire de Valence et un article sur le passage des rois de France à Valence, par Jules Ollivier (pp. 101-113  et pp. 201-236)
- Poursuite des discussions sur l'occupation du Dauphiné,et plus particulièrement de Grenoble, par les Sarrazins, avec une lettre de J.-J. Pilot (pp. 137-162)
- Un synthèse d'Albert du Boys sur les guerres de religion en Dauphiné (pp. 288-303), signé ….YS.


Tome III

On retrouve dans ce tome les mêmes matières que dans les précédents. Il nous semble que la partie proprement historique sur le Dauphiné cède la pas en faveur des sciences morales et politiques, de la littérature et de la poésie. Ce tome comporte désormais une Chronique de Paris, par Anatole Piston.
- Poésie et littérature, par Emile Deschamps, Charles Chancel (toujours très actif dans ce volume) et Riboulon, Jules Taulier, Albert du Boys et Anatole Piston
- Bulletin littéraire et scientifique (5 bulletins dans ce tome) contenant des chroniques littéraires, de l'archéologie et des mélanges. Concerne en général le Dauphiné.
- Bulletins bibliographiques, par Colomb de Batines (2 bulletins dans ce tome).
- Histoire, biographie, document historique inédits, "album pittoresque" par T. Gautier, Jules Ollivier, B. de Xivrey
- Sciences morales, politiques, physiques, par Albert du Boys, Frédéric Taulier, Scipion Gras, Camille Leroy.

Les articles les plus intéressants pour le Dauphiné sont :
- La suite de l'histoire de Valence, par Jules Ollivier (pp. 5-16 et pp. 288-301)
- Des mines d'or du département de l'Isère et en particulier de celle de La Gardette en Oisans, par Scipion Gras (pp. 31-40). Courte notice historique sur l'exploitation de cette mine au XVIIIe siècle, précédée d'un recensement des différentes mines d'or du département et de l'historique de l'exploitation des sables aurifères du Rhône.
- IIIe Lettre sur l'histoire de la ville de Gap (1563 à 1568), par Théodore Gautier, datée du 18 juillet 1837 (pp. 65-85) et IVe Lettre sur l'histoire de la ville de Gap (1569 à 1575), par Théodore Gautier, datée du 1er août 1837 (pp. 129-148), qui font suite aux deux premières lettres parues dans le tome II.
- Une notice bibliographique de Jules Ollivier, sur un écrivain ancien et oublié, Alexandre de Pontameyri, auteur d'un livre sur Montélimar en 1591 (pp. 86-100 )
- Une nouvelle contribution sur l'occupation du Dauphiné,et plus particulièrement de Grenoble, par les Sarrazins, avec un article de M. Berger de Xivrey (pp. 101-113)
- Un village des Hautes-Alpes, par Polydore Delafont (pp. 302-314). Article sur Ceillac, dans le Queyras. L'auteur, trompé par l'aspect misérable et pauvre du village, s'était imaginé qu'il avait à faire avec une population inculte. Quelle ne fut pas sa surprise de voir le conseil municipal entamer une conversation en latin ! Ensuite, il se penche sur la forte personnalité du maire Fournier qui "régna" sur son village pendant plus de 50 ans. Tel un père bienveillant, juste et autoritaire, il veillait sur la pureté et la simplicité des mœurs de ses concitoyens.
- Dans les Documens historiques inédits, publication d'un Mémoire sur les religionnaires du Dauphiné, par M. de Fontanieu, intendant de la province de Dauphiné, 1726, avec une introduction de Jules Ollivier (pp. 355-374)

Pour les Hautes-Alpes, on peut noter dans le Bulletin littéraire et scientifique, une notice sur les Fouilles faites à la Bâtie-Mont-Saléon (Mons Seleucus) : pp. 251-252

Dans ce tome, Jules Ollivier sollicite le ministre de l'Instruction publique pour la publication d'une bibliothèque historique du Dauphiné, sur le modèle de la Bibliothèque historique de la France, par Le Long. Il propose un plan dans un rapport publié de la page 114 à la page 125. Cette demande n'a pas eu de suite.


Tome IV

On retrouve dans ce tome les mêmes matières que dans les précédents. Il nous semble que la partie proprement historique sur le Dauphiné reprend plus d'importances au détriment de la poésie et des sujets variés.
- Poésie et littérature, par Camille Sagnier, Mme Adelaïde de Boismont, Antoine Colomb, Azéma de Montgravier et Charles Chancel.
- Science morale, par le marquis d'Archimbaud
- Bulletin littéraire et scientifique (5 bulletins dans ce tome) contenant des chroniques littéraires, de l'archéologie et des mélanges. Concerne en général le Dauphiné
- Bulletins bibliographiques, par Colomb de Batines (4 bulletins dans ce tome)
- Histoire, biographie, document historique inédits, "album pittoresque" par T. Gautier, Jules Ollivier, M. Replat et Albert du Boys (....YS).
Sciences morales, politiques, physiques, par Albert du Boys, Frédéric Taulier, Scipion Gras, Camille Leroy.

Les articles les plus intéressants pour le Dauphiné sont :
- De l'origine et de la formation des dialectes vulgaires du Dauphiné (pp. 5-35). Une première édition de cet Essai avait paru sous ce titre : Essai sur l’origine et la formation des Dialectes vulgaires du Dauphiné, Valence, Borel ; Paris, Téchener et J. Renouard, 1836, in-8°, 38 pp. (101 exemplaires). Il avait auparavant paru dans la France littéraire, de Ch. Malo. Cette seconde édition reprend le texte d'origine avec des additions et des changements. Comme l'indique la note, on le trouve aussi dans les Mélanges biographies et bibliographiques relatifs à l'histoire littéraire du Dauphiné, sous le titre : Essai sur l’origine et la formation des Dialectes vulgaires du Dauphiné, par Jules Ollivier (pp. 138-186), suivi d’une Bibliographie des Patois du Dauphiné, par Colomb de Batines (pp. 187-232). Il en été fait un tirage à part de 24 exemplaires : Essai sur l’origine et la formation des Dialectes vulgaires du Dauphiné, suivi d’une Bibliographie des Patois du Dauphiné, par M. Paul Colomb de Batines, Valence, Borel, 1838, grand in-8°, VI-95 pp. Cet essai reproduit un certain nombre de pièces en patois, en utilisant abondamment l’ouvrage de Champollion-Figeac, Nouvelles recherches sur les patois.... Cet essai est cité dans la Bibliographie des dialectes dauphinois. Documents inédits, par l'abbé L. Moutier (p. 3) : "Jules Ollivier et Colomb de Batines publièrent un aperçu général sur l'origine et la formation des dialectes vulgaires du Dauphiné. Malheureusement l'importance de cette nouvelle publication ne répond que d'une manière imparfaite à l'ampleur de son titre. Elle se perd dans des généralités ne pouvant descendre dans le détail des faits précis faute de matériaux. Le premier essai bibliographique patoise,  pour notre province, remonte à cette époque."
- Ve Lettre sur l'histoire de la ville de Gap (1575 à 1577), par Théodore Gautier, datée du 28 novembre 1837 (pp. 129-146) et VIe Lettre sur l'histoire de la ville de Gap, par Théodore Gautier, datée du 23 décembre 1837 (pp. 197-228), consacrée aux édifices religieux de Gap à travers l'histoire. Ces deux lettre font suite aux quatre premières lettres parues dans les tomes II et III.
- Notre-Dame des Neiges (pp. 162-179), par J. Bordes de Parfondry, daté de Briançon, le 8 juillet 1838, illustré d'une planche lithographique, signé « Clerevaux (?), d'ap. Letocart » et lithographié par L. Borel à Valence. Récit d'un pèlerinage à Notre-Dame des Neiges, sur les pentes du Prorel, au-dessus de Briançon. C'est le prétexte à une évocation de la pureté des moeurs et de la religion des montagnards, qui s'opposent aux « enfans maladifs et corrompus des villes, qui n'avons pas le courage de nous retremper à cette foi ardente». Lorsque l'auteur se risque à quelques notes érudites, ce sont des affirmations aussi curieuses que : « Puy vient du mot patois poua, qui signifie montée » (p. 163) ou « La Durance s'appelle la Dour. Anciennement, la Guysane s'appelait Anse; un Dauphin, nommé Guy, la fit nommer la Guysane ». Je passe sur les Lotharet, au lieu de Lautaret et Saint-Chaffret, au lieu de Saint-Chaffrey. Il cite un pèlerinage à une croix baptisée Sainte-Elisabeth, au-dessus de Saint-Chaffrey, sur la montagne de Assèhâ, «  Assèhâ en patois veut dire assez haut » (p. 176). Je n'ai pas identifié cette montagne, si tant est qu'elle existe vraiment sous ce nom. En revanche, il s'agit du pèlerinage qui avait lieu toutes les années le 1er juillet à la Croix de la Cime, sur la ligne de crête au dessus de Saint-Chaffrey et du torrent de Saint-Elisabeth (cf. Saint-Chaffrey, de F. Moyrand-Gattefossé, p. 169).
- Les vallées vaudoises du Dauphiné (premier article) (pp. 229-250) et (deuxième et dernier article) (pp. 261-283), extraits de l'ouvrage les Vallées vaudoises pittoresques qui venait de paraître : « un document tiré d'un ouvrage peu répandu, et qui renferme des matériaux précieux pour l'histoire d'une partie de notre province ». Ces extraits correspondent aux pages 172 à 186, puis 186 à 201 de la version française de cet ouvrage.
- Documens historiques inédits. Mémoire instructif sur la guerre de Provence, Dauphiné et Savoie, présenté au roi, le 23 novembre 1712, par le maréchal de Berwick (pp. 349-374). Descriptif du système de défense à mettre en place sur la frontière, particulièrement dans le Haut-Dauphiné, en fonction des différentes attaques possibles. Ce mémoire a été de nouveau publié par Paul Thomé de Maisonneufve avec une introduction et des notes : Etudes sur l’histoire du Haut-Dauphiné. La guerre des Alpes (Comté de Nice, Dauphiné, Savoie). Mémoire confidentiel présenté au roi Louis XIV par le Maréchal de Berwick en novembre 1712, publié d’après le Manuscrit original de la Bibliothèque de l’Arsenal avec Introduction et Notes. Grenoble, Edition J. Rey, s.d. (1927), in-8° (210 x 125 mm), 53 pp.

Mémoire de Berwick, Paul Thomé de Maisonneufve
Pour agrandir, cliquez sur la photo

Tome V

A partir de ce tome, l'indication du titre change :
«publiée sous la direction de MM. Ollivier Jules et Colomb de Batines. »

Ce volume débute par un Avertissement (pp. V-VI) où Jules Ollivier et P. Colomb de Batines annoncent vouloir introduire plus de notice biographiques « dont la réunion formera une biographie complète de la province divisée par départemens ». Ils se proposent aussi d'augmenter la publication de documents historiques inédits. « La réunion de tous ces éléments fera un jour de la Revue du Dauphiné une véritable bibliothèque historique de la province ». Cet objectif tenait particulièrement à coeur à Jules Ollivier. Nous avons vu que dans le tome III, il sollicitait le ministre de l'Instruction publique pour la publication d'une Bibliothèque historique du Dauphiné, sur le modèle de la Bibliothèque historique de la France.

On retrouve dans ce tome les mêmes matières que dans les précédents, mais les articles consacrés au Dauphiné prédominent largement. La poésie et la littérature marquent le pas et les autres thèmes disparaissent.
- Poésie, histoire littéraire et littérature, par Camille Sagnier, Replat, Maignien et M***.
- Bulletin littéraire et scientifique (4 bulletins dans ce tome) contenant des chroniques littéraires, de l'archéologie et des mélanges. Concerne en général le Dauphiné
- Bulletin bibliographique, par Colomb de Batines (un bulletin dans ce tome)
- Histoire, biographie, document historique inédits, "album pittoresque" par T. Gautier, Jules Ollivier, M. Replat, Hector Blanchet et M. Berriat-Saint-Prix.

Les articles les plus intéressants pour le Dauphiné sont :
- Souvenirs littéraires de la Révolution en Dauphiné (pp. 7-33) par Jules Ollivier.  L'auteur veut illustrer les extravagances auxquelles se sont livrés les « écrivains » révolutionnaires, ce qu'il appelle « ces billevesées républicaines et ce pathos théophilanthropique ».  Il prend pour exemples trois brochures parues sous la Révolution en Dauphiné.
- VIIe Lettre sur l'histoire de la ville de Gap (1577 à 1585), par Théodore Gautier, datée du 5 janvier 1839 (pp. 65-86), VIIIe Lettre sur l'histoire de la ville de Gap (1588 à 1595), par Théodore Gautier, datée du 13 janvier 1839 (pp. 165-184) et IXe Lettre sur l'histoire de la ville de Gap (1596 à 1601), par Théodore Gautier, datée du 25 janvier 1838 (sic) (pp. 257-276). Ces trois lettres font suite aux six premières lettres parues dans les tomes II, III et IV.
- Histoire de l'ancienne Université de Grenoble (premier article), par M. Berriat-Saint-Prix (pp. 87-118) et (Deuxième et dernier article) (pp. 129-153). Histoire de cette Université dont l'existence est attestée au XIVe siècle et qui fut réunie avec celle de Valence en 1565. Dans la Province, elle n'eut jamais l'éclat de l'Université de Valence. Cette étude avait auparavant paru dans les Mémoires de la Société des Antiquaires de France en 1821. Cette deuxième édition est complétée par des notes additives.
- Notice historique et littéraire sur J.-P. Moret de Bourchenu de Valbonnays, premier président de la chambre des comptes de Dauphiné, par Jules Ollivier (pp. 193-220). Cette notice a été reprise dans l'article Correspondance littéraire de Valbonnays, des  Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l'histoire littéraire du Dauphiné, Valence, Borel et Paris, Téchener, 1838 (pp. 295-441), dont il a été fait un tiré à part :  Correspondance littéraire de Valbonnays, Premier Président de la Chambre des Comptes de Dauphiné, Membre correspondant honoraire de l'Académie des Inscriptions et Belles-lettres. Publiée d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi avec une notice historique sur Valbonnays et des notes. Valence, Imprimerie de L. Borel; Paris, Crozet, libraire, 1839. C'est la première biographie de l'historien du Dauphiné. Elle a largement inspirée la notice de la Biographie du Dauphiné, d'A. Rochas.
- L'église Saint-Apollinaire de Valence, par Jules Ollivier (pp. 277-292).

Dans la notice bibliographique, Colomb de Batines annonce la parution de La Chartreuse de Parme, de M. Beyle, de Grenoble. Au fil des Bulletins bibliographiques, d'autres ouvrages de Stendhal sont annoncés, ainsi que les oeuvres de Berlioz.


Tome VI

Accentuant une évolution perceptible dans le tome précédent, la Revue devient de plus en plus une publication savante consacrée au Dauphiné : histoire, biographies, bibliographies, documents inédits, etc. Dans le domaine littéraire, ce tome ne contient plus qu'une poésie et la publication en 6 parties d'un roman historique de J. Replat : Le Sanglier de la forêt de Lonnes. Esquisse du Comté de Savoie à la fin du XIVe siècle, dont  la première partie a paru dans le tome V, p. 293. Jules Ollivier commençait à remplir son objectif de rassembler des biographies qui pourraient servir de base à une dictionnaire biographique de la province. 

Les articles les plus intéressants sur le Dauphiné sont :
- Quelques notes sur les protestans de Mens et du Triève (Isère), par André Blanc, pasteur, président du consistoire de Mens (pp. 27-37). Rapide historique sur les protestants du Dauphiné dans cette région.
- Expilly, par Jules Ollivier (pp. 65-94). Biographie de Claude Expilly (1561-1636).
- Promenade archéologique et pittoresque dans le département de la Drome. (Premier article.) Valence.  Crest. -Die., par H. Leymarie (pp.115-127) et (Deuxième et dernier article) Le Valcroissant.-Le Col de Portes.-Le Mont-Aiguille.-La Fontaine ardente. (pp. 237-247). Articles extraits de l'Art en Province, 4ème année, pp. 57 et suivantes. Description des principaux monuments de ces trois villes et des paysages.
- Essai historique sur les causes de l'introduction et de la destruction de la féodalité en Dauphiné, par Théophile Corbet (pp. 129-146). Généralités sur la féodalité en Dauphiné.
- Aymar du Rivail, par Jules Ollivier (pp. 147-153). Cette biographie a aussi été insérée dans la Revue bibliographique, tome I, de M. Quérard.
- Championnet, par Jules Ollivier (pp. 189-236). Biographie du général Championnet (1762-1800), de Valence. Cet article a été reproduit dans l'Album du Dauphiné.
- Notice sur les bustes des anciens dauphins placés dans le vestibule de la bibliothèque publique de Grenoble, par J. Pilot (pp. 300-320). Le contenu de l'article va au-delà du titre puisque il traite aussi de la liste des Dauphins et des différentes hypothèses pour les Dauphins les plus anciens. Un chapitre est consacré aux tombeaux des Dauphins et de leurs épouses.
- Biographie. C. Charvet, historien de l'église de Vienne, par Colomb de Batines dans le Bulletin littéraire et scientifique (pp. 370-374)
- Chronique bibliographique, de Paul Colomb de Batines (pp. 375-380) dans laquelle l'auteur commente les acquisitions de A. de Terrebasse et donne un compte-rendu de deux ventes aux enchères dans lesquelles ont été vendu des ouvrages sur la Dauphiné. Il donne quelques résultats. Les ventes sont : Notice des principaux ouvrages d'une bibliothèque (12 nov. 1839), Lyon, Guiffret, 1839 et Catalogue d'une partie des livres composant la bibliothèque de M. C. de B.,  Lyon, Fontaine, 1839. Cette dernière vente étant celle de Paul Colomb de Batines lui-même, auteur de cet article. Il possédait une édition originale de l'Aloysiae Sigea de N. Chorier.

Parmi les signataires de textes qui ne sont pas signalés ci-dessus, on trouve Marcel Chevalier et Pierquin de Gembloux.

La publication de la Revue s'arrête avec ce tome.


La liste des auteurs de la Revue du Dauphiné contient 45 noms. Les auteurs qui ont le plus contribué, sont, par ordre décroissant :
Jules Ollivier : 19 articles, mais de nombreux articles anonymes, texte introductifs, notices, etc. sont de sa main. De même, une allusion que l'on trouve p. 149 du tome IV peut laisser penser que Etienne Gourju et Anatole Piston, auteurs de quelques articles, sont des pseudonymes de Jules Ollivier.
Paul Colomb de Batines : 9 articles, essentiellement les Bulletins bibliographiques.
Théodore Gautier : pour les 9  Lettre sur l'histoire de la ville de Gap. Théodore Gautier (La Saulce 28/12/1780 - Gap 13/10/1846) était conseiller de préfecture. Il est le fondateur de la bibliothèque de Gap.
Charles Chancel : pour 8 poèmes. Il est l'auteur de Juvenilia, poésies, avec une préface par Anatole Piston, Valence, Charvin, 1838 , in-8° , XVII-254 p. (BNF : YE-17491), qui a fait l'objet d'une critique littéraire par Adélaïde de Boismont dans le tome IV, pp.147-161.
J. Replat : pour 8 article, dont l'important roman : Le Sanglier de la forêt de Lonnes. Jacques Replat (1807-1866), d'Annecy, député au parlement sarde, s'est illustré en publiant des ouvrages et des romans sur la Savoie, dans la veine romantique.
Albert du Boys : pour 6 articles, dont l'un est signé ...YS, pseudonyme habituel de cet auteur.

Il y a ensuite quelques auteurs pour des collaborations épisodiques (2 ou 3 articles) :
J.-J-A. Pilot de Thorey
Azéma de Montgravier
Camille Bernard
Scipion Gras
Hector Blanchet
M. Riboulon
Jules Taulier
Alfred Bougy
Camille Sagnier

Enfin, 30 auteurs n'apparaissent qu'une fois. On trouve quelques noms connus ou notables :
Frédéric Taulier
Antoine Colomb
Charles Maignien, Professeur de seconde au collège royal de Grenoble : le père d'Edmond Maignien
Henri Monier de la Sizeranne
Jacques Berriat-Saint-Prix
Thomas Mermet, aîné
P. M. Laurent
Pierquin de Gembloux
André Blanc
Léon Ménabréa, Juge à Annecy.
Nicolas Delacroix
J. Bordes de Parfondry


A. Rochas apporte des renseignements intéressants sur l'histoire de cette Revue (II, p. 199). Après un premier ouvrage : Essais historiques sur la ville de Valence, paru en 1831, Jules Ollivier "fonda en 1836 la Revue du Dauphiné, belle et noble entreprise qui se plaça dès son apparition , par le caractère sérieux de sa rédaction, au nombre des meilleures publications de ce genre. Elle donna une forte impulsion aux études historiques dans notre province; un grand nombre de laborieux investigateurs s'empressèrent d'y publier d'utiles travaux; Ollivier lui-même, usant largement du pouvoir discrétionnaire que lui donnait sa qualité de directeur, y inséra quantité d'articles [...]. Son activité ne s'en tint pas à cette création importante; il fut, en 1837, l'un des fondateurs de la Société de statistique de la Drôme et s'efforça d'en diriger les travaux vers les sciences historiques de préférence au mûrier et au vers à soie. Il commença aussi la même année avec Colomb de Batines, qui s'était fait son Pylade, les Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l'Histoire littéraire du Dauphiné". Après avoir été transféré au tribunal de Grenoble, « Ollivier se livra en effet au travail avec une nouvelle ardeur; ce fut l'ère la plus brillante de la Revue, celle où il l'enrichit de ses meilleurs articles. Malheureusement, ni son zèle, nie celui de Colomb de Batines qu'il s'était adjoint en qualité de directeur, ne purent prolonger son existence au-delà de la fin de 1839. A cette époque, ses accointances avec des partisans des idées napoléoniennes qui lui occasionnèrent de fort désagréables tracasseries, puis le nombre insuffisant des abonnées, l'obligèrent de laisser s'éteindre cette utile publication qui n'a pas été reprise depuis, et ne le sera peut-être jamais, au grand regret de tous les amis des lettres dauphinoises ». Selon Rochas, son article sur la querelle de Térisse et de Terrasson (voir ci-dessus, dans le tome I) est « son chef d'oeuvre ».

Cette publication est contemporaine d'une autre entreprise éditoriale importante, l'Album du Dauphiné, paru entre 1835 et 1839. Certains articles de la Revue ont aussi été publiés dans l'Album. On y retrouve aussi certains des collaborateurs de la Revue :  Jules Ollivier, Albert du Boys, J.-J-A. Pilot de Thorey, Azéma de Montgravier, Scipion Gras, Hector Blanchet , Jules Taulier, Alfred Bougy, Frédéric Taulier, Thomas Mermet, Nicolas Delacroix et Jacques Berriat Saint-Prix.

Perrin (n° 714) : « Collection précieuse pour notre province et dont les exemplaires complets sont rares ».

Références  (Voir : Liste des sources et références)

Notices biographiques de Jules Olliver et de Paul Colomb de Batines.

Rochas : II, p. 202 : V
Perrin : 714
BNF : 8-LC9-66

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à m'écrire : bibliotheque.dauphinoise@noos.fr

Accueil