Blason Dauphiné BIBLIOTHÈQUE DAUPHINOISE Armoiries Hautes-Alpes
ACCUEIL LISTE DES OUVRAGES LISTE DES PERSONNES CONTACT
PAGE THÉMATIQUE : Dialectes et patois du Dauphiné

[Blanc la Goutte]

Grenoblo malherou, suivi du Dialoguo de le quatro comare.

Description de l'exemplaire  (Voir : Notes sur la description des ouvrages)

[Grenoble, Courreng, Libraire], s.d.
In-8° (213 x 138 mm), 26-[2] pp.
Grenoblo malherou, édition Courreng : titre Grenoblo malherou, édition Courreng Grenoblo malherou, édition Courreng
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Notes sur l'exemplaire

Cartonnage bradel percaline verte du XIXe siècle, titre doré.

Exemplaire des bibliothèques d'Henri Maillefaud, avec son ex-libris sur le premier contre-plat (voir ex-libris dauphinois) et de Daniel Mourral, avec son ex-libris sur la page de garde (voir ex-libris dauphinois). Daniel Mourral était le neveu d'Henri Maillefaud.
Mentions manuscrite sur une page de garde : « Copie de Courreng » et « Inondation de Grenoble 1733 »

Notes sur l'ouvrage

Nouvelle édition de ces célèbres poèmes en patois de Grenoble, par le libraire "Courreng", de Grenoble.

Le poème anonyme Grenoblo malhérou a été écrit par Blanc la Goutte après une inondation brusque et catastrophique qui dévasta Grenoble les 13 et 14 septembre 1733. Ce poème est écrit en langage grenoblois, qui est appartient à la famille du franco-provençal.

La première édition est :
Grenoblo malherou. A Monsieur ***, Grenoble, André Faure, 1733, in-4°, 26 pp.

Une deuxième édition est donnée dans un recueil des poésies de Blanc la Goutte. Il contient aussi la première édition d'un poème, toujours en langage de Grenoble : le Jacquety de le Comare :
Recueil de poésie en langage vulgaire de Grenoble, contenant l'Epitre à Mademoiselle ***, sur les réjouissances à l'occasion de la naissance de Monseigneur le Dauphin, Grenoblo malherou et le Jacquety de le Comare, Grenoble, André Faure, s.d. [ca. 1740], in-8°, 36 pp.

Ce deuxième poème, aussi connu sous le titre de : Dialoguo de le quatro comare, accompagnera en général toujours le Grenoblo malhérou.

Ces deux éditions sont rares.

Ensuite, au début du XIXe siècle, il y eut quatre éditions par des imprimeurs ou libraires grenoblois, toutes sans date : Giroud (voir notice), Cuchet, une édition sans lieu ni nom et enfin cette édition imprimée pour le libraire Jean François Courenq, fils. 

En effet, cette plaquette porte l'adresse de Courreng (sic), Libraire, au Jardin de la ville. Sous la Restauration, il existait à Grenoble un libraire du nom de Jean François Courenq, fils, dont on trouve plusieurs ouvrages :
- Catalogue du nouveau cabinet littéraire de Courenq fils, libraire place St André, au palais, Grenoble, 1819 (BMG : O.10302, Dauphinois)
- Cahier de bagues,  Grenoble, Se vend chez Courenq marchand libraire sous la voûte du jardin (BMG : O.7073)
- Le Nouveau Secrétaire de la cour de France, contenant 1° l'art épistolaire ; 2° des modèles de pétitions... 3° des modèles de lettres... Troisième édition. On trouve à la BNF 5 exemplaires, tous de la 3e édition, avec l'adresse : Grenoble, Coureng fils, et les dates de 1824, 1829, 1830, 1832 et 1838.

Il s'agit d'une impression de qualité médiocre. Il n'y a pas de faux titre et la page de titre ne porte aucune autre indication que le titre. L'adresse se trouve au pied de la dernière page. L'ouvrage se termine par un feuillet blanc. L'état d'usage de cet exemplaire est celui de ce type de publications populaires, beaucoup manipulées et imprimées sur du papier de médiocre qualité.

Le Grenoblo malherou et le Jacquety de le Comare (ou Dialoguo de le quatro comare) ont souvent été cités ou réimprimés ensemble dans des ouvrages sur les patois du Dauphiné.

P.-V. Chalvet, dans son édition de la Bibliothèque du Dauphiné, de Guy Allard ne connaît pas Blanc la Goutte. Il faut attendre la première étude sur le parler dauphinois pour qu'une place lui soit faite. J.-J. Champollion-Figeac, dans ses Nouvelles recherches sur les patois ou idiomes vulgaires de la France et en particulier sur ceux du département de l'Isère, parues en 1809, consacre quelques pages au poète : "Mort depuis plusieurs années, [il] a laissé parmi ceux qui l'ont connu une réputation que ses saillies, ses bons mots, son humeur joviale et sa gaieté constante au milieu de ses infirmités lui conserveront long-temps encore." (p. 98). Sur le Grenoblo Malhérou et la Coupi de la Lettra, il y trouve "un intérêt soutenu par une grande facilité de composition, et par un bon choix de détails et d'expressions assaisonnées d'un peu de critique." (p. 98). En revanche, il passe rapidement sur le Dialoguo, qu'il n'attribue pas encore à Blanc la Goutte. Les seuls textes reproduits dans son ouvrage sont l'Epître en vers, au langage vulgaire de Grenoble, sur les réjouissances qu'on y a faites pour la naissance de Monseigneur le dauphin, à Mademoiselle***, qu'il qualifie comme "une des meilleures [pièces] de notre littérature indigène." (pp. 131-146) et la Coupi de la lettra (pp. 103-109).

Ensuite, le premier recueil de textes en patois dauphinois : Poésies en langage patois du Dauphiné, Grenoble, Prudhomme, 1829, publie le Grenoblo Malhérou (pp. 1-18), suivi du Dialoguo (pp. 19-26), qui reste toujours anonyme.

Paul Colomb de Batines, dont on connaît l'intérêt pour le patois du Dauphiné, entreprend de publier un ouvrage plus ambitieux et plus complet sur ce sujet, précédé par une préface. Il y a deux éditions,
- Poésies en patois du Dauphiné, Grenoble, imprimerie de Prudhomme, 1840
- Poésies en patois du Dauphiné, deuxième édition revue et augmentée, Grenoble, A. Merle, 1859
La préface ne donne que quelques renseignements bibliographiques sur les deux poèmes, mais l'auteur du Dialoguo, n'est toujours pas identifié. Comme Champollion-Figeac, il pense qu'il a paru avant le Grenoblo Malhérou. Les deux poèmes sont reproduits (édition de 1859) : Grenoblo malhérou : pp. 19-40 et Dialoguo de le quatro comare : pp. 41-50.

L'année 1859 est riche en événements pour ces poèmes. En effet, suite aux inondations catastrophiques de cette année-là, J.-J-.A. Pilot de Thorey publie une étude Grenoble inondé, Maisonville père et fils, 1859. Parmi les nombreuses pièces recueillies dans cet ouvrage, il y a une publication du Grenoblo malhérou (pp. 31-53), annoté et suivi par une Notice sur Blanc la Goutte (pp. 54-59). C'est la première étude sérieuse sur le poète, qui contient de nombreux renseignements biographiques ainsi qu'une bibliographies complète. Pilot de Thorey est le premier qui attribue indubitablement le Dialoguo à Blanc  la Goutte. Dans le même ouvrage, sont publiés avec des notes la Coupi de la lettra (pp. 73-80), première publication depuis l'ouvrage de Champollion-Figeac, et le Dialoguo (pp. 85-93). Pour la première fois, les trois textes se trouvent rassemblés, avec un appareil critique.

La même année, Diodore Rahoult et E. Dardelet lance la publication par livraisons du Grenoble Malhérou, magnifiquement illustrée par D. Rahoult. La dernière livraison est disponible en 1864, formant l'ouvrage : Poésies en patois du Dauphiné, Grenoble, Rahoult et Dardelet, Editeurs, 1864, illustrée par D. Rahoult, avec une préface de George Sand. Il sera suivi en 1874 par Poésies en patois du Dauphiné, Grenoble, Rahoult et Dardelet, Editeurs, Baratier Fres et Dardelet, Libraires, 1874 avec la publication de la Coupi de la lettra et du Jacquety de le comare, qui, pour l'occasion, retrouve son titre originel.

Ces poésies ont aussi été publiées par Jean Lapaume dans :
Anthologie nouvelle, Recueil des poésies patoises des bords de l'Isère, Grenoble, Prudhomme, Giraud et Cie, 1866,
suivie d'une nouvelle édition :
Recueil de poésies en patois du Dauphiné, Grenoble, Xavier Drevet, Editeur, 1878.
Dans le Commentaire de ces ouvrages, J. Lapaume critique l'édition des poèmes de Blanc la Goutte dans les éditions précedentes, celle de Dardelet (1864), ainsi que dans Grenoble inondé et Poésies en patois du Dauphiné (édition de 1859). Il considère ces éditions comme fautives et apporte de rectifications en s'appuyant sur les règles d'orthographes et d'étymologies du dialectes grenoblois. Il ne donne malheureusement pas clairement les principes sur lesquels il se fonde pour cela. Le meilleur exemple est qu'il privilégie l'orthographie malheirou, plutôt que les deux formes habituellement utilisées : malherou ou malhérou, en affirmant que « le patois n'emploie jamais d'accents dans le corps des mots. » (p. 493). D'où tire-t-il cette règle ?
Dans cette étude sur le texte, J. Lapaume ne renvoie jamais à l'édition originale du poème. Je pense qu'il devait aussi la trouver fautive. Il applique aussi des corrections au Dialoguo de le quatro comare et à la Coupi de la lettra. Pour finir, il juge sévèrement Blanc la Goutte, en le situant en bas de la hiérarchie des poètes patoisants grenoblois, loin derrière Laurent de Briançon et Jean Millet. Il lui reproche la forme de son poème, en ne lui trouvant aucune qualité littéraire. Curieusement, et non sans injustice, il attribue cela au manque d'études libérale ou humanités de l'auteur. En effet, il ne trouve aucune des formes classiques à ce poème (épopée ou épître) et fait même appel à Boileau pour le juger. Aujourd'hui, à la différence de J. Lapaume, le charme et l'intérêt que nous trouvons à ce poème proviennent justement de ce que lui reproche notre critique, c'est à dire sa liberté de forme et sa fraîcheur populaire. Il n'est donc pas étonnant qu'il égratigne aussi G. Sand, qui, dans sa préface à l'édition illustrée tant décriée par J. Lapaume, avait pourtant bien compris tout ce que l'on peut tirer de ce texte « digne d'être entendu et goûté de toute la France ».

Le Grenoblo malhérou et La Coupi de la lettra ont été réimprimés à l'identique à partir de l'édition de Rahoult et Dardelet : Grenoble, Editions Dardelet, 1966, in-4° (315 x 238 mm), IX-135-21 pp., reliure d'éditeur, jaquette.

On peut aussi signaler cette édition : 
Poésies en patois du Dauphiné, Grenoblo malhérou, Grenoble, Maisonville, 1883, in-8°, 47 p.

Depuis, à notre connaissance et hors les réimpressions des ouvrages précédents, la dernière publication des poèmes est l'édition des œuvres complètes de Blanc-la-Goutte :
Blanc la Goutte, poète de Grenoble, œuvres complètes, présentées et traduites par Gunhild Hoyer & Gaston Tuaillon, Grenoble, "Le Monde Alpin et Rhodanien", année 2002, 4e trimestre. C'est la meilleure étude récente, avec un riche appareil critique. Les poèmes sont tous accompagnés d'une traduction en français.

Pour revenir à l'édition originale de 1733, dont les exemplaires sont très rares, signalons que le catalogue de la vente Génard en  proposait un, relié en maroquin par Chambolle-Duru (n° 294) : « Rarissime édition originale de ce charmant poème patois qui manque à la plupart des collections dauphinoises ». Il contient une lettre signée De Lorme, indiquant que cet exemplaire « est le premier qui sort de chés l'imprimeur ». Il a été représenté à la vente Génard de mai 1886 sous le n° 67 et adjugé 67 fr.

Il est passé en vente à Grenoble le 16 octobre 2000 (n° 161) et a été vendu 4 500 fr. (686 €), avec les ex-libris des bibliothèques Couturier de Royas et Génard.

Dans sa plaquette, Le poète François Blanc dit Blanc-la-Goutte, Grenoble, 1907, G. Vellein cite cet exemplaire et le fait qu'il soit passé en vente deux fois, mais il ne tranche pas sur le fait de savoir si c'est le même exemplaire ou deux exemplaires différents. Il signale que lors de la première vente, l'exemplaire a été acheté par Albert Ravanat, libraire à Grenoble, pour 220 frcs. C'est en s'appuyant sur le contenu de la lettre jointe à cet exemplaire que A. Ravanat a remis en cause les conclusions de Pilot en Thorey, en avançant qu'André Blanc était l'auteur des poèmes, en lieu et place de François Blanc. Les informations de cette lettre ont été reprises par Vicaire dans sa notice sur l'édition de 1864 (I, 812-813) et, depuis, par tous les catalogues de libraires.

Commentaire personnel

A défaut de posséder un exemplaire de l'édition originale, c'est un plaisir de posséder ce rare texte, dans son jus, comme un témoignage de cette littérature populaire qui n'avait pas encore été "annexée" par le savoir savant.

Références  (Voir : Liste des sources et références)

Notice biographique de Blanc la Goutte

Références pour l'édition "Courreng" :
Bibliographie de Grenoble inondé, p. 58
Rochas : I, p. 142 : II
Maignien (anonyme) : 1070
Perrin : 85
SdB : 588 (5 fr.)
Un seul exemplaire au CCFr : Bibliothèque municipale. Rouen, Seine-Maritime : Mt Br 19810, Fonds Cas (absent de la BNF et de la BMG).