Blason Dauphiné BIBLIOTHÈQUE DAUPHINOISE Armoiries Hautes-Alpes
ACCUEIL LISTE DES OUVRAGES LISTE DES PERSONNES CONTACT
PAGE THÉMATIQUE : Dialectes et patois du Dauphiné

Poésies en patois du Dauphiné.
Deuxième édition revue et augmentée.

Description de l'exemplaire  (Voir : Notes sur la description des ouvrages)

Grenoble, Alph. Merle & Cie, Libraires-Éditeurs,
s.d. [ca. 1859], in-12 (190 x 125 mm), 150-8 pp.
Poésies en patois du Dauphiné : couverture recto Poésies en patois du Dauphiné : titre Poésies en patois du Dauphiné : couverture verso Poésies en patois du Dauphiné : reliure
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Notes sur l'exemplaire

Deux exemplaires :
- Broché, avec ses couvertures (reproduites ci-dessus).
- Relié : demi maroquin havane, tête dorée. Reliure signée Trautz-Bauzonnet, sans les couvertures.
Les dimensions sont celles de l'exemplaire broché.

Exemplaire sur papier de Hollande : voir notice en bas de page.

Notes sur l'ouvrage

En 1829, le libraire Évariste Prudhomme fait paraître un premier recueil de 3 textes en patois du Dauphiné (dialecte de Grenoble). C'était l'occasion de faire connaître un texte majeur de cette littérature : Grenoblo Malhérou, de Blanc La Goutte et de refaire vivre l'œuvre d'un poète du XVIIe siècle, Jean Millet.
Poésies en langage patois du Dauphiné
Grenoble, Prudhomme, 1829, in-8°, 30 pp.
qui contenait :
- Grenoblo malhérou, de Blanc La Goutte.
- Dialoguo de le quatro commare, de Blanc la Goutte.
- Monologue de Janin, de Jean Millet.

En 1835, Paul Colomb de Batines répertorie cet ouvrage à la fin de sa Bibliographie des patois du Dauphiné, sous le numéro XXI. Il ajoutait alors : "Un libraire de Grenoble annonça, il y a un dixaine (sic) d'années, un Recueil des principaux poëtes patois du Dauphiné, devant former un ou deux volumes in-18; il n'en a paru que le prospectus. L'auteur de ces Recherches [Colomb de Batines] s'occupe de rassembler des matériaux pour réaliser ce projet."

C'est probablement pour faire suite à cette annonce qu'Évariste Prudhomme publie de nouveau ces 3 textes en 1840, avec une préface de Paul Colomb de Batines :
Poésies en patois du Dauphiné.
Grenoble, Prudhomme, Libraire-Éditeur, 1840, in-12, 67-[5] pp.

Dans la préface, Paul Colomb de Batines félicite M. Prudhomme d'avoir "au moment où l'on s'occupe de la réhabilitation des patois, songé à donner une nouvelle édition du petit recueil qu'il a publié en 1829". Il donne ensuite des renseignements bibliographiques sur les pièces contenues dans ce recueil et annonce, à la fin, qu'il travaille à rassembler les matériaux d'une Bibliothèque complète des ouvrages écrits en patois dauphinois, qui devait être publiée par Prudhomme (ouvrage qui n'a jamais paru).

L'ouvrage annoncé n'a jamais paru, mais, Paul Colomb de Batines ayant disparu, le libraire Merle reprend les 3 textes des éditions de 1829 et 1840, en les complétant dans cette deuxième édition (ouvrage décrit ici). Il reproduit la préface de Paul Colomb de Batines de l'édition de 1840. Il ajoute une Préface de la nouvelle édition dans laquelle il annonce ; "le vœu que formait, en terminant son travail, M. Colomb de Batines, l'auteur de la Préface de l'édition de 1840, se trouve accompli maintenant, grâce au zèle du nouvel éditeur [Alphonse Merle]." Cette nouvelle préface est signée E. P. (Évariste Prudhomme ?) et est datée du 16 novembre 1859. Comme annoncé dans cette nouvelle préface, ce recueil contient quelques textes supplémentaires en patois du Dauphiné et une relation, en français, des inondations de l'Isère le 2 novembre 1859, extraite du Courrier de l'Isère, signé du Vte G. de V. (de Vallier, selon Perrin). L'attribution fréquente de cette seconde édition à P. Colomb de Batines est une erreur car, à cette date, il était décédé.

Parmi les pièces supplémentaires, l'éditeur a ajouté quelques œuvres de Menilgrand extraites de « Lo Chapitro broullia » [Recueil de poésies et de prose en patois de Grenoble], avec ces commentaires : « un certain nombre de morceaux qui, par la grâce et l'originalité naïve, ne le cèdent en rien aux premiers », « le plus fidèle et le plus naïf interprète des sentiments et de l'esprit dauphinois au dernier siècle ».  Il ne donne aucun renseignement sur l'auteur :
- Chanson (p. 57)
- Parodia (p. 60)
- Chanson (p. 63)
- Epitro a Monsieu L...., missionerou (p. 67)
- A l'empero de Franci (p. 69)
- Dialogou de dou payzan de ley Granges (p. 73)
- Bleze lou savati (p. 79)
- Réflexion din payzan sur la révolution (p. 99)

Ces différents ouvrages ne sont pas répertoriés dans la Bibliographie des dialectes dauphinois. Documents inédits, de l'abbé Moutier.

Pour clore cette série de publications de poésies en patois dauphinois, Jean Lapaume a fait paraître :
Anthologie nouvelle, Recueil des poésies patoises des bords de l'Isère, Grenoble, Prudhomme, Giraud et Cie, 1866,
suivie d'une nouvelle édition :
Recueil de poésies en patois du Dauphiné, Grenoble, Xavier Drevet, Editeur, 1878.
Dans le Commentaire de ces ouvrages, J. Lapaume critique l'édition des poèmes de Blanc la Goutte. Il considère qu'elle est fautive et pleine d'incorrections qu'il entreprend de corriger.

Sur les différentes publications du Grenoble Malhérou, se reporter à la notice consacrée à une édition ancienne de ce poème.

Il en a été fait une réimpression en fac-similé, illustrée de 7 planches : Lyon, Bellier, 2002 (BNF : 2003-90609).

Signalons que l'inondation de 1859 a donné lieu à un autre ouvrage, par J.-J.-A. Pilot de Thorey :
Grenoble inondé
Grenoble, Maisonville et fils et Jourdan, Libraires-éditeurs, 1859, in-8°, 112 pp. 6 gravures en 4 planches dépliantes hors-texte 
qui reprend aussi les textes :
Grenoblo malhérou, de Blanc La Goutte
Dialoguo de le quatro commare.
N'y aurait-il pas eu une concurrence entre les différents éditeurs grenoblois pour faire paraître des ouvrages sur les inondations catastrophiques de 1859 ?

Le dernier cahier de 8 pages numérotées contient un Extrait du catalogue général de la librairie de Alphonse Merle et Cie, Rue Lafayette, n° 14, à Grenoble. Ce sont essentiellement des livres récents, avec quelques livres anciens, sur le Dauphiné.

Exemplaire sur papier de Hollande

Il existe un tirage de tête de 12 exemplaires sur papier de Hollande, des papeteries de Rives. La justification se trouve au verso du titre : « Tiré à douze exemplaires ». Sur les exemplaires ordinaires, il n'y a aucune mention de tirage. Le verso du titre est blanc.

Les deux autres différences entre le tirage de tête et le tirage ordinaire sont :
- Titre en noir et rouge. Le titre proprement dit et la mention d'édition sont en rouge. L'adresse du libraire est en noir.
- Format in-8° au lieu de in-12.

Il n'y a pas non plus le catalogue de la librairie Alphonse Merle, qui se trouve dans l'exemplaire broché du tirage ordinaire.

Exemplaire n° 9 :

Grenoble, Alph. Merle & Cie, Libraires-Éditeurs,
s.d. [ca. 1859], in-12 (246 x 165 mm), 150 pp.
Poésies en patois du Dauphiné : titre Poésies en patois du Dauphiné : reliure
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Cet exemplaire provient de la vente de la Bibliothèque dauphinoise de Haute Jarrie, Paris, 14 décembre 2018 (livres décrits par Melle Isabelle Carrel et expertisés par Roch de Coligny).

La BMG - Fonds dauphinois possède le n° 4, de la bibliothèque A. de St-Ferriol. L'exemplaire de la vente Perrin (n° 682) est le n° 12.

Références  (Voir : Liste des sources et références)

Notice biographique de Paul Colomb de Batines.

Maignien (catalogue) : 15872
Rochas, I, p. 267 (§III-III) : pour l'édition de 1840.
Perrin : 680, pour l'édition de 1840
Perrin : 681, pour cette édition et 682, pour un des 12 exemplaires sur papier de Hollande (n° 12).
BNF : YE-30291, avec la date 1860 (édition de 1840 : Res-Ye-4583).