Blason Dauphiné Bibliothèque Dauphinoise Armoiries Hautes-Alpes
Accueil Retour à la liste des Ouvrages Liste des Personnes Contact

Colomb de Batines et Ollivier Jules


Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l'histoire littéraire du Dauphiné.
Tome premier. 

Description de l'exemplaire  (Voir : Notes sur la description des ouvrages)

Valence, L. Borel, Imprimeur; Paris, Techener, Libraire, 1837
In-8° (224r x 148r mm), XX-467 pp.
Mélanges histoire littéraire du Dauphiné : titre Mélanges histoire littéraire du Dauphiné : reliure
Pour agrandir, cliquez sur les photos

Notes sur l'exemplaire

Demi-basane aubergine, dos à nerfs orné.

Cachet humide sur la page de titre : L.V. (Ludovic Vallentin ?)

Notes sur l'ouvrage

Ouvrage rassemblant des articles sur la bibliographie dauphinoise. Il s'agit d'un des premiers ouvrages sur le sujet.

La description et le contenu de l'ouvrage sont :

Introduction, par Jules Ollivier (pp. V-XX) :
Après un rapide survol sur l'état de la science biographique et bibliographique de son époque, Jules Ollivier introduit son propos en rappelant les quelques tentatives d'études biographiques sur le Dauphiné. Ni Guy Allard, ni son continuateur Chalvet ne trouvent grâce à ses yeux. Il regrette la faible production de Nicolas Chorier. En définitive, avant son travail, aucune biographie digne de ce nom n'a paru en Dauphiné. Quant à la bibliographie littéraire et historique du Dauphiné, sur laquelle il s'étend le plus, il veut en faire l'objet principal de ces mélanges.

Histoire de la vie et des ouvrages de Nicolas Chorier, par Jules Ollivier (pp. 1-50)
Il s'agit d'une brève biographie de Nicolas Chorier, suivie d'une bibliographie de son oeuvre. En particulier, il fournit une bibliographie très complète de l'Aloysia Sigea (appelé en français l'Académie des Dames) dont il discute la paternité. Pour lui, il ne fait pas de doute que N. Chorier en est l'auteur. Cette Histoire est inédite. Elle a été beaucoup utilisée par Adolphe Rochas dans sa notice sur Nicolas Chorier dans la Biographie du Dauphiné. A notre connaissance, c'est la première étude biographique sur Nicolas Chorier.

Bibliographie des Journaux et Recueils périodiques du Dauphiné, par Colomb de Batines (pp. 51-98)
Colomb de Batines répertorie 65 périodiques parus en Dauphiné ou concernant l'histoire du Dauphiné. Il veut continuer et compléter le travail de Deschiens sur les journaux de la période révolutionnaire. Les ouvrages qui paraissent par livraisons, comme cet ouvrage ou l'Album du Dauphiné, sont aussi inclus dans la liste. Sur ces Mélanges, il précise qu'ils sont « destinés spécialement aux bibliophiles » et ne sont « tirés qu'à 150 exemplaires sur papier vélin, dont 4 sur format in-4°. Ils paraissent par fascicules de 4 ou 5 feuilles in-8°, de manière à former à la fin de chaque année un volume de 500 pages ». Il ajoute qu'il a été « publié en février [1837 ?] un Prospectus de 4 pages in-8° (Valence, imprim. de L. Borel) », dont il cite un large extrait. Cette Bibliographie est inédite.

Matériaux pour servir à une histoire de l'imprimerie en Dauphiné. Lettre à M. Mermet aîné sur l'origine de l'imprimerie à Vienne, par Colomb de Batines (pp. 99-114)
Il s'agit de la reprise, avec quelques augmentations, de la brochure suivante : Matériaux pour servir à une histoire de l'imprimerie en Dauphiné. 1er fascicule. Vienne. Gap, imp. Allier, 1837, in-8°, 15 pp. (tirage 42 exemplaires). Cette brochure était elle-même un complément à la Lettre à M. Ollivier Jules, contenant quelques documents sur l'origine de l'imprimerie en Dauphiné, Gap, Allier ; Paris, Techener ; Grenoble, Prudhomme, octobre 1835, in-8°, 16 pp. Le destinataire de la lettre, Mermet, est l'auteur d'une Histoire de Vienne parue en 1828.

Attribution incertaine de deux auteurs à un seul ouvrage, sans nom d'auteur (pp. 115-116)
Il s'agit d'une discussion sur l'auteur d'une histoire abrégée de Vienne. Cette notice est inédite.

Eclaircissements bibliographiques sur l'Archéologie de Mons Seleucus, par Jules Ollivier (pp. 117-137)
L'objet de cette notice est de déterminer qui a été l'auteur de cet ouvrage paru à Gap en 1806 (in-8°, 69 pp). Quérard, Barbier, Begin et le rédacteur du Catalogue de la bibliothèque de M. Dacier l'attribuaient à Ladoucette. En s'appuyant sur des notes parues dans les Annuaires des Hautes-Alpes de 1807 et 1808 et sur le propre aveu de Ladoucette, J. Ollivier attribue le début de la rédaction à Héricart de Thury. Suite à son départ du département, l'ouvrage est resté inachevé. C'est Hory qui a rédigé les pages 49 à 69. Cette notice est très critique vis-à-vis de Ladoucette. C'est est aussi l'occasion pour lui dénier la primauté de la découverte de l'emplacement de Mons-Seleucus.

Essai sur l'origine et la formation des Dialectes vulgaires du Dauphiné, par Jules Ollivier (pp. 138-186) , suivi d'une Bibliographie des Patois du Dauphiné, par Colomb de Batines (pp. 187-232)
L'Essai avait initialement paru sous ce titre : Valence, Borel ; Paris, Téchener et J. Renouard, 1836, in-8°, 38 pp. (101 exemplaires) (voir la notice d'un exemplaire : cliquez-ici). Il avait auparavant paru dans la France littéraire, de Ch. Malo. Il a été reproduit avec des additions et des changements dans la Revue du Dauphiné, tome IV et dans cet ouvrage. De cette dernière parution, il a été fait un tirage à part de 24 exemplaires : Essai sur l'origine et la formation des Dialectes vulgaires du Dauphiné, suivi d'une Bibliographie des Patois du Dauphiné, par M. Paul Colomb de Batines, Valence, Borel, 1838, grand in-8°, VI-95 pp.
Cet essai reproduit un certain nombre de pièces en patois, en utilisant abondamment l'ouvrage de Champollion-Figeac, Nouvelles recherches sur les patois....
Quant à la Bibliographie de Colomb de Batines, c'est une reprise de sa Bibliographie des patois du Dauphiné, parue en 1835, « considérablement augmentée et [qui] contient en outre plusieurs modifications ». Le classement a été revu. Il est fait maintenant par départements.
Cet ouvrage est cité dans la Bibliographie des dialectes dauphinois. Documents inédits, par l'abbé L. Moutier (p. 3) : "Jules Ollivier et Colomb de Batines publièrent un aperçu général sur l'origine et la formation des dialectes vulgaires du Dauphiné. Malheureusement l'importance de cette nouvelle publication ne répond que d'une manière imparfaite à l'ampleur de son titre. Elle se perd dans des généralités ne pouvant descendre dans le détail des faits précis faute de matériaux. Le premier essai bibliographique patoise, pour notre province, remonte à cette époque."

Notice historique et bibliographique sur les Cartulaires inédits de Saint-Hugues, évêque de Grenoble, écrits vers la fin du XIe siècle et le commencement du XIIe, par Jules Ollivier (pp. 233-292)
Un premier jet avait paru dans le Bulletin de la Société de l'Histoire de France, mais, comme l'avoue J. Ollivier à la fin de cette notice (p. 292), il avait eu « le tort de parler de choses trop légèrement étudiées ; aussi, d'un bout à l'autre, y ai-je pris Vaugirard pour Rome. ». Cette notice a fait l'objet d'un tirage à part : Valence, Borel, 1838, in-8°, 62 pp.

Correspondance littéraire de Valbonnays, premier président de la chambre des comptes en Dauphiné, avec une notice historique et littéraire sur Valbonnays, et des notes, par Jules Ollivier (pp. 293-441)
Il en a été fait un tirage à part : Valence, Imprimerie de L. Borel; Paris, Crozet, libraire, 1839, in-8°, CLI pp. (voir la description de l'exemplaire). La notice historique avait déjà paru dans la Revue du Dauphiné, tome V, 1839, pp. 193-220.

Matériaux pour servir à une histoire de l'imprimerie en Dauphiné. Section II. Notice sur les éditions incunables de Grenoble. 1490 - 1532, par Colomb de Batines (pp. 442-465)
Cette notice avait déjà paru dans le Bulletin du bibliophile de Techener (octobre 1838). Il en a été fait un tirage à part destiné à former le 2ème fascicule des Matériaux pour servir à une histoire de l'imprimerie en Dauphiné, dont le premier fascicule concernait Vienne (voir ci-dessus). A notre connaissance, cette histoire de l'imprimerie s'est arrêtée là.


Histoire de l'ouvrage et description de la publication :

Paul Colomb de Batines s'était rapproché de Jules Ollivier lorsque il s'était installé à Vienne. « Brûlant du feu sacré, encouragé d'ailleurs par l'exemple et les conseils de cet érudit dont il s'était fait en quelque sorte le satellite, mille beaux projets fermentaient dans sa tête, entre autres celui d'une bibliographie générale de notre province. [....] Ce projet, comme une foule d'autres de Colomb de Batines, n'a pas eu de suite ». Ailleurs, Adolphe Rochas, qui est le meilleur informateur sur les entreprises littéraires de Jules Ollivier et Colomb de Batines, précise l'histoire de la publication de cet ouvrage (II, p. 199). Après un premier ouvrage : Essais historiques sur la ville de Valence, paru en 1831, Jules Ollivier « fonda en 1836 la Revue du Dauphiné, belle et noble entreprise qui se plaça dès son apparition, par le caractère sérieux de sa rédaction, au nombre des meilleures publications de ce genre. [...]. Son activité ne s'en tint pas à cette création importante; il fut, en 1837, l'un des fondateurs de la Société de statistique de la Drôme et s'efforça d'en diriger les travaux vers les sciences historiques de préférence au mûrier et au vers à soie. Il commença aussi la même année avec Colomb de Batines, qui s'était fait son Pylade, les Mélanges biographiques et bibliographiques relatifs à l'Histoire littéraire du Dauphiné. C'était sous ce titre, et sous la forme d'articles séparés et sans liaison entre eux, qu'il se proposait de publier le résultat de ses investigations sur la biographie et la bibliographie de la province. Mais ayant bientôt conçu le projet d'en faire deux ouvrages distincts, il abandonna cette publication après en avoir donné un volume seulement ». Dans cet extrait, Rochas fait allusion à deux projets de Jules Ollivier. Le premier était une Biographie du Dauphiné pour laquelle « il engagea Colomb de Batines à publier le Catalogue des Dauphinois dignes de mémoire ». Seule la première partie, des lettres A à J, a paru en 1840. Le deuxièmes projet était une Bibliothèque historique du Dauphiné, « contenant la nomenclature, par ordre de matières, de tous les ouvrages imprimés ou manuscrits relatifs à l'histoire de cette province ». Ce deuxième ouvrage est resté sous forme de manuscrit, aujourd'hui à la bibliothèque de Grenoble. Tous ces projets ont été arrêtés par la mort prématurée de Jules Ollivier.

Pour finir, le jugement de Rochas sur le travail de Jules Ollivier est sévère. Il reconnaît que « exhumer un livre oublié et le faire connaître était pour lui un bonheur ; aussi, ses articles critiques, ceux surtout relatifs à nos vieux auteurs, sont ses meilleures productions ». Il est plus réservé sur son style : « sa phrase trop travaillée et péniblement construite et, en général, lourde et embarrassée ; ses expressions recherchées visent un peu à l'effet ». Pour finir, il assène le coup de grâce : « Quant à ses connaissances historiques, il avait encore beaucoup à apprendre ».

Dans son introduction à la Biographie du Dauphiné, A. Rochas fait un tour d'horizon des travaux de ses prédécesseurs. Sur cet ouvrage, il note que « ce recueil était trop sérieux pour avoir du succès ; [Jules Ollivier] l'abandonna après une année d'existence, mais sans renoncer au but qu'il voulait atteindre ; il modifia ses plans » (p. X).

Dans l'Annuaire bibliographique du Dauphiné pour 1837. 1ère année, par Colomb de Batines, l'ouvrage fait l'objet de 2 notices. L'une apparaît dans la bibliographie des ouvrages de P. Colomb de Batines relatifs à l'histoire du Dauphiné, dans le dernier feuillet non chiffré. L'autre se trouve dans le corps de l'ouvrage, p. 6.
Dans la première notice, les dates sont 1837-1838. Il précise 2 points :
    - 150 exemplaires, dont 4 sur format in-4°
    - Chaque volume se composera de 30 feuillets d'impressions, publiées en 3 parties.
Dans la deuxième notice, la description est la suivante :
Valence, L. Borel; Grenoble, Baratier et Prudhomme; Paris, Pannier et Techener, 1837, grand in-8°, XX-116 pp sur papier vélin.
Cette description ne concerne que le premier fascicule.
Les précisions apportées sont : "Cet ouvrage, destine aux bibliophiles, n'est tiré qu'à 150 exemplaires, dont 4 format in-4° (2 sur pap. rose); chaque volume sera composé de 3 fascicules de 8 feuilles d'impression chacun". Il donne ensuite le contenu du premier fascicule, qui correspond aux 116 première pages, telles qu'elles étaient connues en 1837. Il annonce le contenu du deuxième fascicule (jusqu'à la page 292) qu'il dit être sous presse.La Revue de Vienne, tome I, 1837, pp. 133-136 a rendu compte du premier fascicule.

A partir de ces différentes informations, on peut reconstituer la publication de cet ouvrage en 3 livraisons :
- 1837 : les pages XX-116 pp, qui représente 9 cahiers de 16 pages, avec le cahier 9 de 8 pages seulement.
- 1838 : les pages 117 à 292, soit 11 cahiers numérotés de 10 à 20.
- 1839 : les pages 293 à 467, soit 11 cahiers numérotés de 21 à 31
Ces descriptions sont confirmées par les annonces de parution des différents fascicules dans la Revue du Dauphiné (1er fascicule : tome II, p. 387; 2ème fascicule : tome IV, p. 384; 3ème fascicule : tome VI, p. 189).
En rapprochant ces différentes notices de l'ouvrage de Maignien, on peut penser que les 2 exemplaires au format in-4° sur papier rose se trouvent aujourd'hui à la bibliothèque de Grenoble.


Je possède un exemplaire de cet ouvrage, de la bibliothèque d'Eugène Chaper, entièrement interfolié, complété de très nombreuses notes, dont certaines sont recopiées de l'exemplaire personnel de Paul Colomb de Batines. Voir la notice sur ce site.

Références  (Voir : Liste des sources et références)

Notice biographiques de Jules Ollivier et Paul Colomb de Batines.

Rochas : I, pp. 265-266 et II, pp. 202-203
Maignien (Catalogue) : 6136 : qui le décrit avec 367 pp. Il y a 2 exemplaires dont un sur grand papier de couleur en 3 fascicules 1837-1839
Maignien (Catalogue) : 8302. Il y a 2 exemplaires dont un sur papier de couleur. Ce ne sont pas les mêmes que les 2 décrits sous le numéro 6136
BNF : 8-LN20-54 qui précise : "C'est tout ce qui est entré à la bibliothèque par le dépôt".
 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à m'écrire : bibliotheque.dauphinoise@noos.fr

Accueil